samedi,31 octobre 2020
Accueil A La Une La BAD entend désormais «être plus agile et plus sélective» dans ses...

La BAD entend désormais «être plus agile et plus sélective» dans ses financements

Bien que déterminé à « aider l’Afrique à se reconstruire avec ardeur et intelligence » comme le soulignait Akinwumi Adesina lors de son investiture, la Banque africaine de développement (BAD) n’entend pas moins être plus vigilante dans ses financements. Ainsi, face au défi que représente le renforcement de la gouvernance des projets d’infrastructures dans le contexte actuel, la BAD entend désormais « être plus agile et plus sélective » dans l’octroi de ses financements. 

En prêtant serment le 1er septembre dernier pour valider sa réélection à la tête de la Banque africaine de développement (BAD), le Nigérian Akinwumi Adesina a présenté sa vision d’ensemble et son ambition pour l’institution. S’il entend « consolider les succès enregistrés par l’institution depuis 2015 », le numéro 1 de la BAD entend surtout « parfaire le fonctionnement de l’institution et exploiter les opportunités créées par la pandémie de Covid-19 ». Pour ce faire, la BAD se montrera désormais intraitable sur bien des sujets.

En effet, considérant le fait que « la pandémie du nouveau coronavirus a tout changé à l’échelle mondiale, et qu’elle a mis un frein sérieux à la croissance de l’Afrique », l’institution panafricaine entend dorénavant « être plus agile et plus sélective » dans l’octroi de ses financements. Une volonté qui s’accompagne de celle visant à « aider l’Afrique à se relever avec force, mais intelligemment, en prêtant une plus grande attention à la qualité de la croissance ».

Consciente des failles en particulier dans les domaines de la santé, de la lutte contre le changement climatique et de l’environnement et des efforts à réaliser en matière de lutte contre la corruption, la BAD dont les 30 milliards de dollars investis au cours des cinquantes dernières années dans les projets de transport ont bénéficié à plus de 450 millions d’Africains, s’inscrit donc pleinement dans la dynamique de ses quatre piliers stratégiques. 

A noter que comme l’a souligné le président Adesina, « la Banque prêtera une attention accrue aux infrastructures de santé en Afrique, pour qu’elles offrent des services de qualité et sachent tirer parti d’un avantage comparatif dans ce domaine ». Infrastructures qui montrent de plus en plus de limites aussi bien face à la pandémie de Covid-19 que face aux autres fléaux qui déciment le continent.

Laissez votre commentaire

Ladji Nze Diakitéhttp://www.gabonmediatime.com
Titulaire d'un Master en Audit, Contrôle de Gestion et aide à la Décision, passionné de journalisme, j'analyse au quotidien l'actulaité économique du Gabon et du continent Africain ainsi que l'actualité sportive.
Global Media Time Gif 2px
Bestheinfusion