lundi,26 octobre 2020
Accueil A La Une La BAD accorde plus de 2 246 milliards de Fcfa sur sept...

La BAD accorde plus de 2 246 milliards de Fcfa sur sept ans aux pays d’Afrique centrale

Bien que disposant d’un important vivier de ressources naturelles, l’Afrique centrale reste à la traîne en matière d’infrastructures. Ainsi, pour combler ce déficit qui plombe les perspectives de développement et accentue l’écart avec les autres régions du continent, la Banque Africaine de Développement (BAD) a indiqué qu’une enveloppe de 3,9 milliards d’euros sur sept ans a été mobilisée pour financer plusieurs projets notamment d’infrastructures.

Avec des besoins de financement supplémentaires situés entre 614 et 638 milliards de dollars (367345 milliards de Fcfa) par an, l’Afrique demeure encore loin du Programme 2030 pour les populations, la planète, la prospérité, la paix et les partenariats. Dans ce contexte, l’Afrique centrale apparaît comme la plus déficitaire en matière d’infrastructures nécessaires à l’atteinte de cet objectif.

Ainsi, pour tenter d’impulser une nouvelle dynamique visant à favoriser la création d’un environnement propice au renforcement des liens entre les différents pays de cette sous-région, la Banque Africaine de Développement (BAD) a indiqué récemment qu’une enveloppe de 3,9 milliards d’euros sur sept ans a été mobilisée pour financer les projets d’infrastructures de transport.

Cette enveloppe qui permettrait d’améliorer la productivité des entreprises et des Etats, pourrait également révéler l’énorme potentiel en matière de ressources naturelles. Décidé à l’occasion de sa 54ème Assemblée générale, tenue du 11 au 14 Juin à Malabo, cet investissement de l’institution financière panafricaine intervient dans un climat conjoncturel assez difficile pour l’ensemble des pays d’Afrique centrale, durement touchés par la baisse des cours des matières premières.

Représentant une superficie équivalente aux trois-quarts de la Russie et peuplée de plus de 130 millions d’habitants, « l’Afrique centrale affiche pourtant un indice d’intégration de seulement 6% contre 17% de moyenne en Afrique » comme l’a souligné Ousmane Dore, directeur général de la BAD pour l’Afrique centrale. A charge donc aux différents gouvernements du club des six (6), de répartir et utiliser ces fonds à bon escient.

Laissez votre commentaire

Ladji Nze Diakitéhttp://www.gabonmediatime.com
Titulaire d'un Master en Audit, Contrôle de Gestion et aide à la Décision, passionné de journalisme, j'analyse au quotidien l'actulaité économique du Gabon et du continent Africain ainsi que l'actualité sportive.
Global Media Time Gif 2px
Street 103 Gabon Gmt