lundi,30 novembre 2020
Accueil A La Une Koulamoutou : les populations privées de transports depuis une semaine

Koulamoutou : les populations privées de transports depuis une semaine

Les usagers de l’axe Koulamoutou-Lastourville dans la province de l’Ogooué-Lolo sont depuis plus d’une semaine privés de leurs activités professionnelles et champêtres pour cause d’absence de transports. Selon notre confrère Agence Gabonaise de Presse (AGP), les transporteurs de ladite localité auraient tout simplement décidé de cesser leurs activités depuis que Sylvère Ulrich Maviogha, préfet du département de Mulundu à Lastourville, a décidé de ramener le prix de transport à celui d’avant la crise sanitaire liée à la Covid-19. 

C’est à un véritable bras de fer qu’autorités locales et transporteurs se livrent depuis quelques jours à Koulamoutou, rapporte l’AGP. En effet, ces derniers, mécontents du retour au prix de transport à la normale, ont décidé de ne plus exercer sur ce linéaire de 55 km pourtant très fréquenté en raison des intérêts économiques. Pour les transporteurs « le fait de ramener le prix à 1500 Fcfa plutôt qu’à 2000 Fcfa reviendrait à nous pousser à la perte », a indiqué un des transporteurs terrestres. 

La réaction de ces acteurs du transport urbain et sub-urbain, est liée aux mesures gouvernementales de restriction notamment la réduction du nombre de passagers à bord des taxis et autres transports en commun. Une mesure qui a donc conduit les transporteurs à augmenter le prix dudit trajet. Ainsi, il fallait désormais payer jusqu’à 5000 Fcfa pour parvenir à faire l’aller-retour sur Lastourville et Koula-Moutou. 

Informé de la situation, le Préfet du département de Mulundu à Lastourville, a décidé de ramener le tarif à son prix normal de 1500 Fcfa la place. Le but étant d’empêcher l’alourdissement des charges des populations. Ce dernier au passage, a sommé les transporteurs de s’y conformer. Depuis, plus aucune trace de véhicule sur cet axe. Le usagers quant à eux, sont contraints de déprogrammer leurs rendez-vous à défaut d’avoir un proche véhiculé. 

Il faut dire qu’en cette période de crise sanitaire liée à la Covid-19, les transporteurs sont confrontés à d’énormes difficiles économiques. Et ce, d’autant plus que la recette a considérablement chuté. Au risque de craindre un mouvement d’humeur prolongé, il revient donc au gouverneur de la province de concilier les parties afin qu’une issue apaisée soit trouvée

Laissez votre commentaire

Global Media Time Gif 2px
Bestheinfusion