Kevazingogate: Maganga Moussavou se défend et accuse

L'ancien vice-président Pierre Claver  Maganga Moussavou © GMT

Au lendemain de son éviction de la vice-présidence de la République, Pierre Claver  Maganga Moussavou a donné une conférence de presse à son domicile ce mercredi 22 mai 2019. Le président du Parti social démocrate (PSD) s’est défendu d’être impliqué dans l’affaire de disparition des 353 conteneurs kevazingo. Il n’a pas manqué de charger ses détracteurs en les accusant de l’avoir écarté pour d’autres raisons.



Dans sa déclaration devant la presse, Pierre Claver Maganga Moussavou a fait la démonstration de sa non-implication dans ce dossier à travers la lecture de deux documents. Dans l’un des courriers, le vice-Président s’adressait à l’ancien ministre des Eaux et Forêts Denis Tsanga à qui il faisait une requête pour un opérateur chinois. La réponse du ministre était sans équivoque, car s’appuyant sur le décret d’interdiction d’exploitation des grumes au Gabon signé du président de la République.

Fort de ses arguments, le président du parti social démocrate s’est interrogé sur la gestion de ce scandale, dont il ignore les tenants et les aboutissants. Maganga Moussavou dit ne rien savoir sur cette affaire, encore moins s’il y avait de l’argent à se partager pour expédier 353 conteneurs. « A moins que l’on ait voulu vider les cas Maganga Moussavou et Guy Bertrand Mapangou, nous attendons que le procureur de la République se prononce. Mais je vous dirais que je ne laisserais pas cette affaire dans cet état. », a-t-il clamé.

Le président du PSD se dit outré qu’un vice-président soit considéré comme un truand. Selon lui, des plaintes seront déposées contre l’Etat pour cette diffamation contre sa personne. « Arrêtons avec des pratiques éculées où il faut salir d’abord des personnalités qui sont avec vous pour trouver des raisons de les évincer. Celui qui nomme est libre de mettre quelqu’un d’autre. Pourquoi faut-il faire croire au monde entier que Maganga est un voleur ? », a-t-il renchéri.

Laissez votre commentaire