Kevazingogate: Jacques Massala se félicite de l’éviction de Maganga Moussavou et Mapangou

Jacques Massala, député PDG de Libreville © GMT/D.R.

L’affaire du kevazingo qui défraie la chronique depuis quelques semaines n’est pas près de s’arrêter. Après l’annonce de l’éviction par décret du Vice-président de la République et du ministre des Forêts, la Toile s’est enflammée. C’est au cours d’un point presse tenu ce mercredi 21 mai 2019 que l’honorable Jacques Massala s’est félicité de ces sanctions prises par le président de la République et annonce qu’il proposera l’ouverture d’une enquête parlementaire.



La déclaration par le Secrétaire général de la Présidence de la République de l’éviction du Vice-président de la République et du ministre des Forêts a surpris plus d’un. Pour le député du 2ème arrondissement de Libreville Jacques Massala, cette décision du Président de la République est une bonne chose pour le Gabon. « Je voudrais féliciter de façon honorable le chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba et le Premier ministre qui viennent d’ôter au Gabon une épine du pied dans l’affaire du kevazingo », a-t-il déclaré devant la presse.

Cette sanction subite intervient alors qu’une enquête judiciaire est en cours sur la disparition des 353 conteneurs de kevazingo. Pour le député du 2ème arrondissement de Libreville, cette décision du président de la République est prise pour permettre un meilleur suivi du dossier. « Il semblerait que ces deux personnalités soient impliquées dans l’affaire du kevazingo. Je dis semblerait car il y a la présomption d’innocence », a-t-il assuré.

Rappelant que les parlementaires ont le devoir de représenter dignement le peuple et d’accompagner le gouvernement dans la gestion du pays, Jacques Massala assure qu’une action parlementaire sera initiée sous peu. « La justice fait son travail. En tant que parlementaire, nous proposerons l’ouverture d’une enquête parlementaire sur ce dossier qui défraie la chronique », -a-t-il précisé.

Il n’a pas manqué de souligner l’attitude irresponsable de certains proches du président de la République. En effet, l’honorable estime que ces derniers rendent un mauvais service au chef de l’Etat manquant d’humilité et de reconnaissance envers lui. « C’est le président de la République qui protège les intérêts de la population. Il a toujours été au service de son peuple. Certains Gabonais pensent que leur proximité avec le chef de l’Etat est une porte ouverte aux violations de la loi. Mais l’impunité ne passe pas avec Ali Bongo Ondimba. Nous en avons la preuve aujourd’hui », a-t-il conclu.

Laissez votre commentaire