Kenya : la Cour suprême ordonne la tenue d’une nouvelle élection présidentielle

Les membres de la Cour suprême Kenyane © D.R

Selon la Cour, des «irrégularités» ont compromis l’intégrité de l’élection du président de la République, remportée par le chef de l’Etat sortant Uhuru Kenyatta; rapporte Radio France Internationale.

Un nouveau scrutin doit avoir lieu dans les 60 jours, a annoncé la Cour suprême du Kenya ce vendredi 1er septembre après l’invalidation de la victoire du président sortant Uhuru Kenyatta, réélu lors du scrutin du 8 août avec 52,27 % des voix contre son adversaire, l’opposant Raila Odinga, qui avait obtenu 44,27 % des suffrages.

Une décison de la Cour suprême vivement saluée par l’opposition kenyane qui la qualifie d’« historique ». La décision n’a pas été consensuelle : celle-ci a été prise à la majorité et deux des sept juges de la Cour suprême ont annoncé publiquement leur opposition au verdict.

Le président de la Cour suprême, David Maraga, a déclaré à l’AFP que les élections n’avaient « pas été conduites en accord avec la Constitution » et que « l’intégrité du scrutin avait été affectée ». Par conséquent, il a déclaré les résultats « invalides et nuls ». De son côté, Raila Odinga a dit ne plus avoir « confiance » dans la Commission électorale.

Laissez votre avis