Julien Nkoghe Bekale: «vous verrez le Président dans les rues de Libreville dans quelques mois»

Alors que le pays est secoué par une grogne sociale grandissante de jour en jour, le gouvernement se veut rassurant, mais tâtonne. Lors du déjeuner de presse organisé le lundi 08 avril dernier à Libreville, le Premier ministre Julien Nkoghe Bekale, répondant à un journaliste sur la vacance de pouvoir, a déclaré que le président de la République Ali Bongo Ondimba sillonnera à nouveau les rues de la capitale dans quelques mois. Une information à tout le moins étrange quand on sait que le chef de l’Etat est définitivement rentré chez lui pour servir son peuple.

« La question de la santé du Chef de l’Etat n’est pas tabou, mais nous refusons que les Gabonais n’aient plus de compassion. Dans quelques mois, vous verrez le Président de la République dans les rues de Libreville et du Gabon », a affirmé serein le chef du gouvernement, devant la presse nationale et internationale le lundi 08 avril dernier. Si Julien Nkoghe Bekale s’est voulu rassurant quant à la santé d’Ali Bongo Ondimba, sa déclaration par contre suscite des interrogations.

En effet, rentré définitivement au Gabon le 23 mars dernier, le président de la République a promis le 24 mars dernier, le lendemain de son arrivée, de reprendre du service avec panache et servir son peuple. « C’est avec une énergie décuplée que je poursuis ma mission », avait déclaré Ali Bongo Ondimba, en réponse à la plateforme citoyenne « Appel à agir » qui remet en question sa capacité à diriger le pays et demande que ce soit déclarée la vacance du pouvoir.

En farouche défenseur de la jeunesse à qui il a consacré tout un septennat, le président de la République est attendu au tournant dans ce dossier brûlant des réformes de l’éducation. Son absence à un moment aussi crucial que celui où cette jeunesse revendique le droit de ne pas être abandonnée par l’Etat inquiète. Gageons que le chef de l’Etat prépare dans les coulisses une réponse appropriée à ce mouvement social et rassure sa jeunesse.

Laissez votre commentaire