mardi,27 octobre 2020
Accueil A La Une Julien Nkoghe Bekale : «la lutte contre la corruption n’épargnera personne»

Julien Nkoghe Bekale : «la lutte contre la corruption n’épargnera personne»

Dans un contexte marqué par le lancement de l’opération anticorruption dénommée « Scorpion », menée par la Direction générale des recherches et la direction générale de la Contre-ingérence et de la sécurité militaire communément appelée B2, le premier ministre Julien Nkoghe Bekale a présidé ce mercredi 04 décembre une réunion du Conseil interministériel. Occasion pour le chef du gouvernement de rappeler à son équipe les valeurs qui doivent guider leur action, indiquant au passage qu’en matière de corruption « aucune déviance en termes de gouvernance ne sera tolérée ».

Cette réunion du Conseil interministériel qui intervient trois jours après le dernier remaniement ministériel, et en pleine enquête sur des faits de détournements de fonds orchestrés par plusieurs hauts fonctionnaires, était l’occasion pour le chef du gouvernement de rappeler les valeurs qui doivent guider les actions de chaque membre de l’équipe gouvernementale. Un rappel qui devrait être concrétisé par « un changement radical dans la conduite des affaires de l’Etat et doit désormais s’imposer ».

Lors de son intervention le patron de l’administration a été intransigeant. « Vous êtes prévenus, aucune déviance en termes de gouvernance ne sera tolérée et la lutte contre la corruption sera une action permanente qui n’épargnera personne », a-t-il déclaré. 

Dans le même ordre d’idées, il a invité les membres de son équipe n’ayant pas encore fait leurs déclarations de biens à se soumettre à cet exercice légal et républicain auprès de la Commission nationale de lutte contre l’enrichissement illicite (CNLCEI). En effet, la Loi N°002/2003, instituant un régime de prévention et de répression de l’enrichissement illicite en République gabonaise oblige les membres du gouvernement à se soumettre à une déclaration de fortune à la CNLCEI dans les 3 mois suivant leur prise de fonctions. 

L’opinion s’attend donc à ce que l’ensemble des ministres se plient à cette obligation dans les jours à venir, afin de suivre l’exemple montré, bien que tardivement, par le chef du gouvernement Julien Nkoghe Bekale. Certains observateurs de la vie politique gabonaise souhaitant même que la Commission nationale de lutte contre l’enrichissement illicite aille plus loin en rendant publiques lesdites déclarations de biens. 

Laissez votre commentaire

Mondjo Mouegahttp://gabonmediatime.com
Titulaire d'une Licence en droit, l'écriture et la lecture sont une passion que je mets au quotidien au profit des rédactions de Gabon Media Time depuis son lencement le 4 juillet 2016 et de GMTme depuis septembre 2019. Directeur des Rédactions et Rédacteur en chef de GMTme
Global Media Time Gif 2px
Bestheinfusion