vendredi,18 septembre 2020
Accueil Derniers articles Jonathan Ndoutoume Ngome: «La Réconciliation nationale est une perte de temps et...

Jonathan Ndoutoume Ngome: «La Réconciliation nationale est une perte de temps et d’argent»

Dans une interview accordée à nos confrères de l’Union dans sa parution du mardi 1er octobre 2019, le porte parole de Démocratie nouvelle Jonathan Ndoutoume Ngome s’est montré réfractaire à l’appel des confessions religieuses qui voient dans la Réconciliation nationale la possibilité de sortir de le pays de la crise multisectorielle dans laquelle il est empêtré.

René Ndemezo’Obiang et son écurie politique Démocratie nouvelle, par le truchement de leur porte parole, ont marqué leur positionnement sur la question relative à la « Réconciliation nationale » telle que réclamée depuis plusieurs semaines par les membres des confessions religieuses. Cette formation politique de « l’opposition du pouvoir » n’y est clairement pas favorable, non pas sur le principe mais plutôt sur le fond, car dit-elle,  les assises d’Angondjé, dans l’esprit avaient à l’époque prôné les mêmes objectifs que ceux recherchés à travers la mise en oeuvre d’un nouveau dialogue dit de réconciliation. 

Pragmatique, un dialogue supplémentaire serait au sens de Jonathan Ndoutoume Ngome, contre productif et répétitif en raison de son uniformité avec le dialogue d’Angondjé mais surtout parce les «…assises  politiques d’Angondjé ont abordé tous les aspects qui engagent le fonctionnement de la nation que ce soit sur le plan institutionnel que sur le plan socio-économique et culturel… », explique-t-il. 

C’est pourquoi pour lui et pour le parti dont il est le porte-parole, ils ne voient « ni l’opportunité, ni les raisons de convoquer un autre dialogue »  car il suffit « d’appliquer les résolutions du dialogue d’Angondjé » pour que le Gabon connaisse à nouveau un fonctionnement normal de ses institutions. 

Un brin pessimiste, l’ancien porte parole de Jean Ping joint au téléphone par Gabon Média Time , a insisté sur la nécessité de tirer les enseignements du passés. Dans son clin d’oeil à l’histoire, il a expliqué que le Gabon moult fois s’est engagé dans des dialogues au terme desquels, les accords n’ont que rarement été respectés. 

« Le Gabon est coutumier des dialogues infructueux. Nous avons connu la Conférence Nationale en 1990, les Accords de Paris en 1994, les accords d’Arambo en 2006 et enfin le Dialogue Nationale d’Angondjé en 2017. Tous ces dialogues s’étaient achevés par des résolutions dont les plus importantes n’ont pas été respectées » a t-il déclaré. 

Ce dernier de poursuivre, « sans volonté de faire appliquer les résolutions, nous irons de dialogue en dialogue en dilapidant des deniers publics pour aucune évolution concrète ». Il ressort de cette déclaration que la réconciliation nationale contre laquelle il ne s’oppose pas, serait impertinente et innoportune si elle prend la forme des autres dont les montagnes ont toutes accouché d’une souris. 

A noter que cette posture prise par l’ancien ministre délégué aux affaires sociales, rejoint celle adoptée il y a quelques semaines par les partis de l’opposition dite modérée qui reconnaissaient eux aussi, aux résolutions du dialogue d’Angondjé, la faculté de parvenir via l’application de celles-ci à sortir le pays de l’ornière. 

Pour ces derniers, « le protocole d’accord entre les parties prenantes à la messe d’Angondjé avait énoncé un certain nombre de recommandations englobant des thématiques couvrant aussi bien la réforme des institutions et la consolidation de l’Etat de droit démocratique que la modernisation de la vie publique, la consolidation de la paix et la cohésion nationale, ainsi que les réformes électorales ». déclaraient-ils. Jonathan Ndoutoume Ngome et Démocratie nouvelle ne comptent donc pas se départir de ce positionnement qu’ils semblent respecter et assumer. 

Laissez votre commentaire

Global Media Time Gifpx
Pharel Boukikahttp://gabonmediatime.com/
Titulaire d'une Licence en Communication, d'une Licence en Economie et Gestion et d'un Master en droit Privé, mon appétence pour le journalisme est mise en exergue au quotidien à travers mes analyses sur Gabon Media Time dont je suis le Rédacteur en Chef.
Street 103 Gabon Gmt