Jecca: la Caistab lance la phase de création des plantations

© Caistab

Lancé en juin dernier à Lambaréné, la deuxième phase du programme Jeunes entrepreneurs Café/Cacao (Jecca) initié par la la Caisse de stabilisation et de péréquation (Caistab) qui se trouve à la phase théorique s’est clôt le vendredi 29 juin 2018. C’est donc 100 jeunes sélectionnés sur l’ensemble du territoire national qui ont pu bénéficier de cette phase qui doit désormais laisser place à la création de plantations.

C’est accompagné d’une forte délégation que le directeur général de la Caistab, Ismaël Ondias Souna a procédé à la clôture des formations théoriques des jeunes participants à ce programme ambitieux, qui a pour objectif de relancer durablement la filière café-cacao en zone rurale à travers la promotion de l’entrepreneuriat des jeunes.

Pour l’occasion, le responsable de cette organisme s’est rendu au village Ngonabila, à 40 km de Franceville sur la route de Boumango, où il a procédé à la remise officielle des attestations de formation de 30 jeunes, sélectionnés dans les provinces du Haut-Ogooué et de l’Ogooué-Lolo. Un événement qui vient concrétiser l’engagement de cette structure à donner un nouveau souffle à la la filière café cacao. L’objectif étant n’ont pas de former «de simples planteurs de café cacao mais plutôt des entrepreneurs et acteurs économiques du secteur agricole».

Par ailleurs, il faut noter que la fin de cette phase de formation théorique correspond aussi au lancement de la phase de création des plantations pour les jeunes dudit projet.  En plus de leur attestations de formations, les participants se sont vu offrir plusieurs équipements et du matériel agricole, qui leur permettra de créer leurs plantations dans les meilleures conditions sur les 2 mois qui viennent.

Au terme de cette cérémonie, le directeur général de la Caistab, Ismaël Ondias Souna, accompagné de plusieurs autorités locales et des 30 jeunes de la phase 2 de ce vaste programme, ont pu visiter la plantation de cacao d’un lauréat de la promotion 2017, qui, comme le programme Jecca l’exige, y a associé des cultures vivrières telles que la banane, l’ananas, le piment et le maïs.

Laissez votre commentaire

Laisser un commentaire