Jean Ping : «Peuple Gabonais, aide toi et le ciel t’aidera !»

Remobilisation, ou simple maintien en éveil des troupes, il n’en demeure pas moins que la détermination de l’un des plus fidèles lieutenants de Jean Ping est intacte. Ce samedi 9 décembre, le dernier Premier ministre d’Omar Bongo a convié tous les résistants à son QG de Nkembo, dans le 2ème arrondissement de Libreville pour un important message.

Axé sur trois thèmes : «fin de l’imposture, Ali Bongo illégitime et Jean Ping élu des Gabonais», c’est dans une ambiance bon enfant, que les organisateurs de la mobilisation générale ont vu dès 13 heures aux abords du Quartier Général de Jean Eyeghe Ndong, une foule de «résistants» motivés et ragaillardis se rassembler.

Accompagné de plusieurs personnalités de l’opposition, notamment Vincent Essono Mengue, Benoît Mouity Nzamba, Jean François Ntoutoume Emane, et Jean Ping, que le sénateur du 2ème arrondissement de Libreville, Jean Eyeghe Ndong, indéfectible allié du farouche opposant à Ali Bongo a tenu à féliciter «le travail de la diaspora». En outre, il a dénoncé les errements de la politique actuelle : la qualité des routes et le taux de mortalités en hausse dans des hôpitaux flambants neufs.

Quant au président de la Coalition pour la Nouvelle République, Jean Ping l’heure est au réveil citoyen. Tout en dédouanant le nouveau président français de toutes responsabilités, ce dernier n’a pas manqué de souligner avec véhémence la passivité et l’attentisme de ses concitoyens: «si vous ne faites rien, vous n’aurez rien. Si vous manifestez, si vous bougez, il n’y a aucune raison que le voleur d’élection reste là»; a-t-il dit. «Je puis vous assurer qu’il va partir, tout ce qu’il fait, c’est de la gesticulation du cinéma et nous allons entrer au palais» a-il ajouté, avant de lancer avec panache «si on échoue d’ici janvier dans l’accès au pouvoir, par une voie démocratique avec Macron, le peuple gabonais se soulèvera!»

Simple hasard ou coïncidence, il faut noter que cette sortie intervient juste au moment où le parti quinquagénaire (PDG) tient son 11e congrès ordinaire avec en toile de fond les législatives de 2018.                                                                                

Joel Lanti Ndigi III

Laissez votre commentaire