mardi,19 janvier 2021
Accueil Derniers articles Jean Ping: «la vérité qu’Ali Bongo est définitivement inapte et hors course,...

Jean Ping: «la vérité qu’Ali Bongo est définitivement inapte et hors course, ne peut plus être masquée»

Le projet de révision de la Constitution adopté par le Conseil des ministres le vendredi 18 décembre dernier et actuellement sur la table du Parlement pour adoption n’a pas fini de susciter des réactions au sein de l’opinion nationale. La dernière en date et qui était très attendue est celle du leader de la Coalition pour la nouvelle République Jean Ping qui a tenu à s’insurger contre ce projet qui selon lui est une preuve supplémentaire de l’incapacité du président de la République Ali Bongo Ondimba à assumer ses charges deux ans après son accident vasculaire cérébral.  

Si d’entrée de jeu, il a rappelé que son allocution s’adressait non seulement au peuple gabonais mais aussi à la Communauté internationale, l’ancien candidat à l’élection présidentielle d’août 2016, qui continue de réclamer la victoire à ce scrutin, a soutenu que cette révision était la preuve irréfutable de l’incapacité du chef de l’Etat à assurer les devoirs de sa charge. « La vérité que désormais  Ali Bongo est définitivement inapte et hors course, ne peut plus  être ni masquée ni esquivée », a-t-il martelé. 

En effet, pour Jean Ping, le projet de révision actuellement en discussion au sein du Parlement, n’est qu’une diversion pour, dit-il travestir,  « l’impératif  de  la  vacance  de  pouvoir ». Dans le même ordre d’idées, il a relevé que ce énième projet de modification de la Loi Fondamentale était une  nouvelle  tentative  de  contourner  l’essentiel  et  de  retarder en vain, l’échéance inéluctable de la vacance.  

« Devant  le  peuple  gabonais  et  la  communauté  internationale,  je  condamne  fermement, sans ambages et en bloc, le principe même de cette  révision constitutionnelle », a déclaré l’ancien président de la Commission de l’Union africaine. Occasion de plaider auprès de l’opinion internationale la nécessité d’assurer un passage pacifique du pouvoir. « À  un  pouvoir  conquis  dans  le  sang,  doit  succéder  un  pouvoir que  j’incarne,  fondé  sur  le  rassemblement, la libre adhésion et sur la souveraineté du peuple gabonais », a indiqué Jean Ping.

Laissez votre commentaire

Mondjo Mouegahttp://gabonmediatime.com
Titulaire d'une Licence en droit, l'écriture et la lecture sont une passion que je mets au quotidien au profit des rédactions de Gabon Media Time depuis son lencement le 4 juillet 2016 et de GMTme depuis septembre 2019. Directeur des Rédactions et Rédacteur en chef de GMTme
Bestheinfusion