Jean Ping favorable aux législatives ?

Guy Nzouba Ndame et Jean Ping, le lundi 8 janvier 2018 © D.R

Depuis leur échec à la dernière élection présidentielle, la Coalition et les figures emblématiques de l’opposition dissertent sans synthèse sur leur participation ou non aux prochaines législatives. Pour Jean Ping, la question de la participation de l’opposition continue d’être débattue au sein de la Coalition. Cependant, plusieurs partis au sein de cette même Coalition se sont déjà déclarés favorables. Est-ce à dire que Jean Ping est également partant mais ne le dit pas ?

Depuis plus d’un an, la question de la participation aux prochaines élections législatives alimente les débats. A chaque fois qu’il est interrogé sur la question, Jean Ping déclare toujours que « c’est à l’intérieur de la coalition que se poursuit le débat autour de la participation ou non des partis de la Coalition pour la nouvelle République ».

Cependant, dans la même Coalition, plusieurs partis et personnalités politiques se sont déjà prononcés en faveur de la participation aux législatives alors que d’autres non. Quant aux partants, leurs responsables disent toujours rester au sein de la Coalition malgré leur position. C’est le cas de l’Union Nationale de Zacharie Myboto, le Rassemblement Héritage et Modernité de Barro Chambrier, l’Union et Solidarité de Moukagni Iwangou, le Parti gabonais du progrès de Benoit Mouity Nzamba, l’Union Pour la Nouvelle République de Louis Gaston Mayila et aujourd’hui Les Démocrates de Guy Nzouba Ndama.

Pour tous ces responsables politiques, « il n’est pas question de commettre l’erreur de 2011. Les partis de l’opposition s’étaient résignés et le PDG a eu la majorité qui gouverne actuellement. D’où la nécessité d’y aller en ordre serré afin que l’opposition jouisse d’une majorité capable de parler au nom du peuple».

Selon plusieurs indiscrétions proches du palais des Charbonnages, «Jean Ping est favorable pour la participation aux prochaines élections législatives». Il faut tout de même préciser que Jean Ping préside la Coalition mais n’a pas de pouvoir sur les partis politiques de l’opposition au sein de celle-ci. Chaque parti politique étant indépendant et obéissant à ses principes démocratiques. D’où la responsabilité politique de chaque président d’engager son parti à la participation aux prochaines législatives.

Laissez votre commentaire