Jean Ping: «le combat n’est plus uniquement politique, il est devenu patriotique»

Les mesures prises par le gouvernement lors des Conseils des ministres des 21 et 29 juin dernier et visant à réduire le train de vie de l’Etat continue de susciter des réactions au sein de la classe politique gabonaise. La dernière en date et peut être la plus attendue est celle de l’ancien candidat à l’élection présidentielle du 27 août 2016, Jean Ping, qui dans un communiqué parvenu à notre rédaction, a tenu à apporter son soutien à la société civile qui a dit récemment son refus de voir s’appliquer ces mesures d’austérité.

Pour le leader de la Coalition pour la nouvelle République, la situation socio-économique difficile que traverse actuellement le pays est le résultat de la «mauvaise gouvernance politique et économique» du pouvoir. Il a fustigé par la même occasion le fait que ces mesures aient été prises dans l’irresponsabilité et l’improvisation totales, sans concertation préalable avec les syndicats représentatifs et la société civile.

Ainsi, l’ancien président de la Commission de l’Union africaine a indiqué apporter son soutien aux responsables de Dynamique unitaire, qui est en tête des revendications contre les mesures d’austérités prises par le gouvernement d’Emmanuel Issoze Ngondet.

Par ailleurs, il a invité le peuple à soutenir l’action de cette intersyndicale estimant.  «Le combat n’est plus uniquement politique, il est devenu patriotique et interpelle chaque gabonais à résister et à lutter inlassablement pour mettre fin à un régime cinquantenaire qui a conduit le pays à la ruine», a-t-il lancé. Ajoutant pour conclure que «nous n’avons pas choisi de naître gabonais mais nous devons choisir comment nous voulons vivre en tant que gabonais et quel avenir nous voulons offrir à notre descendance et à notre patrie».

Laissez votre commentaire