Jean Marie Ogandaga reconnaît la nullité du service public

Jean Marie Ogandaga © D.R

C’est un fait indéniable, l’administration gabonaise est gangrenée par plusieurs maux qui handicap son fonctionnement. C’est face à cette situation que le ministre de la Fonction publique, de la Modernisation du service public, chargé de la Réforme de l’Etat, Jean-Marie Ogandaga est monté au créneau le 7 septembre dernier à l’hémicycle de son ministère pour dénoncer cette état de fait, nous rapporte le site Direct InfosGabon.

Cette rencontre qui faisait office de réunion de crise face à la léthargie que semble connaître l’administration publique avait pour objectif de rappeler à l’ordre l’ensemble des fonctionnaires. En présence des secrétaires généraux de ministères et des directeurs centraux des ressources humaines (DCRH), Jean Marie Ogandaga s’est insurgé sur leur manque d’entrain à exécuter leur travail.

«Vous êtes les piliers de l’administration. Comment est-ce possible que les usagers puissent se plaindre de la qualité de vos services? Lorsque ces derniers se rendent à la Fonction publique, il n’y a personne pour les recevoir. C’est à peine si vous les considérez comme des êtres humains. La qualité des services publics est nulle»; a lancé le ministre de la Fonction publique.

Alors que le gouvernement s’attèle à offrir aux usagers des services de qualité Jean-Marie Ogandaga, a rappelé à chacun la nécessité de rectifier le tire, dénonçant entre autre les maux qui mine l’administration, notamment les agents fantômes, les agents sans poste, le mauvais traitement des usagers…

«J’ai appelé les uns et les autres à plus de conscience professionnelle, à plus d’engagement dans l’action. Ils doivent comprendre que leur fonction est centrale et que la modernisation de nos services publics n’est pas une option mais une obligation. Il faut que nos compatriotes oublient cette Fonction publique de confort, où on y est entré parce qu’on a échoué partout. La Fonction publique se veut désormais performante», a-t-il conclu.