Jean Fidèle Otandault: «l’absence de discipline budgétaire a un impact négatif sur la viabilité des finances publiques»

Jean-Fidèle Otandault, ministre d'Etat, ministre du Budget et des comptes publics © D.R

Présent face à ses Directeurs centraux des affaires financières (DCAF) ce lundi 18 mars 2019, le ministre du Budget et des Comptes publics Jean Fidèle Otandault, a tenu à souligner les anomalies liées au fonctionnement de notre économie. Ainsi, le membre du gouvernement a notamment mis en avant le « manque de discipline budgétaire » en matière de gestion des finances publiques, ce qui constitue un « véritable frein pour le développement de notre pays ».



Considérés comme les conseillers des ordonnateurs dans l’exécution de leurs budgets, les Directeurs centraux des affaires financières (DCAF) sont aujourd’hui en manque de repères. Entre asymétrie d’informations, mise à l’écart par certains ministres qu’ils sont censés conseiller, les DCAF ont souvent peu ou pas conscience du rôle crucial qu’ils sont supposés jouer dans le fonctionnement de notre économie.

En effet, au cours de la séance de travail de ce lundi 18 mars qui a vu la participation du Directeur général du Budget et des finances publiques (DGBFiP) Fabrice Andjoua Bongo Ondimba, le ministre du Budget a accentué son propos sur la « discipline budgétaire » ou plutôt le « manque de discipline budgétaire ». Véritable fléau dans l’administration centrale, notamment en termes de gestion administrative et financière de l’Etat, ce manque de discipline budgétaire constitue selon Jean Fidèle Otandault un « véritable frein pour le développement de notre pays ».

Les « nouvelles procédures de gestion » mises en place et articulées autour de méthodes issues du contrôle permanent et de l’audit interne, viennent donc renforcer la structure d’exécution budgétaire. A l’image du « Pacte budgétaire européen » qui a pour mission entre autres, de renforcer le pilier économique de l’Union économique et monétaire en adoptant un ensemble de règles destinées à favoriser la discipline budgétaire, ces réformes devraient à terme permettre d’améliorer la viabilité des finances publiques.

A noter que toutes ces mesures visant à favoriser une meilleure cohésion budgétaire dans l’administration, sont issues du séminaire interministériel du Cap Estérias présidé par le Premier ministre Julien Nkoghe Bekale. Ce dernier avait d’ailleurs insisté sur le « pragmatisme et l’efficacité » dont devaient faire preuve les membres du gouvernement. Instruction parfaitement suivie par Jean Fidèle Otandault, dont l’arrêté 000205 MBCP/CABME vise une plus grande efficience de nos finances.

Laissez votre commentaire