Jean Fidèle Otandault défend les lois de Finances et de règlement au Sénat

Jean-Fidèle Otandault face aux sénateurs © D.R

Après leur adoption à l’Assemblée nationale, les projets de loi de Finances 2018 et de Règlement exercice 2016, ont été présentés au Sénat, par le ministre d’Etat en charge du Budget et des Comptes publics, Jean-Fidèle Otandault ce 12 décembre 2017, ce conformément au circuit budgétaire en vigueur.

Ainsi, face aux vénérables sénateurs, le ministre du Budget a indiqué que les prévisions du cadrage macroéconomique et budgétaire affichent des opérations budgétaires et de trésorerie, équilibrées en ressources et en charges, à 2 688,8 milliards FCfa en 2018, contre 2 860 milliards FCfa dans la loi de finances rectificative 2017, soit une diminution de 171,2 milliards FCfa. Il s’inscrit dans la continuité et la poursuite des actions menées dans le collectif budgétaire de 2017.

Dans le contexte de la mise en oeuvre du Plan de relance économique (PRE) adopté par le gouvernement, la priorité en matière  de politique budgétaire est donnée  au renforcement de la viabilité des finances publiques avec la poursuite de l’effort de mobilisation des recettes fiscales et douanières, la maîtrise et l’assainissement des dépenses publiques et l’approfondissement des dispositions de la nouvelle gouvernance financière.

Sur le plan sectorielle, l’accent est mis sur la diversification des sources de croissance, le renforcement de la politique de développement des infrastructures, la promotion et le développement du capital humain ainsi que le maintien des efforts dans le domaine de la santé et dans la protection des couches vulnérables.

Par ailleurs, Jean Fidèle Otandault, à également présenté au Sénat le Projet de loi de règlement 2016 (PLR 2016). Dans ce cadre, il faut noter que l’accent avait  été mis sur les efforts de réduction du train de vie de l’Etat. Arrêtée en équilibre à 2 626,01 milliards FCfa, la loi de Finances 2016 a connu une baisse de 24,6 milliards FCfa, par rapport au niveau des ressources et des charges prévues dans la loi de Finances rectificative 2015.

Laissez votre avis