Jean Eyeghe Ndong: «Mborantsuo continue de violer la loi et se substitue au Chef de l’Etat»

Jean Eyeghe Ndong © D.R

Le samedi 26 janvier dernier, le membre de la Coalition pour la nouvelle république (CNR) Jean Eyeghe Ndong, a organisé une « rencontre citoyenne » dans un hotel à Libreville. Au cours de cette réunion, l’ancien Premier ministre a accusé la présidente de la Cour constitutionnelle Marie Madeleine Mborantsuo de continuellement violer la Constitution gabonaise et de se substituer au Chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba absent du pays depuis près de trois mois.



Au cours de cette rencontre qui a vu la présence de plusieurs personnalités politiques de l’opposition au pouvoir en place incarné par le Parti démocratique gabonais (PDG), le sénateur du 2ème arrondissement de la commune de Libreville a fustigé le rôle de la  présidente de la haute juridiction dans le fonctionnement actuel des institutions de la République.

Jean Eyeghe Ndong a entre autres indiqué que « Marie Madeleine Mborantsuo continue de violer la loi et se substitue au chef de l’Etat ». Toute chose qui semble-t-il aurait tout son sens au regard de la manipulation flagrante de la Constitution par les juges constitutionnels qui, il faut le rappeler, avaient décidé de l’ajout d’un alinéa à l’article 13 de la Constitution entraînant ainsi la modification de cette disposition alors que cela ne  relève pas de leur compétence.

A cela s’ajoute la déclaration de la vacance du pouvoir tant attendue par l’opposition gabonaise qui estime que le patron de l’exécutif serait désormais dans l’incapacité de remplir ses missions au sommet de l’Etat à cause des soucis de santé.

En poursuivant son propos, Jean Eyeghe Ndong est allé plus loin en accusant la haute juridiction placée sous la responsabilité de 3M, de n’avoir jamais dit le Droit lorsqu’il le fallait.  « La Cour constitutionnelle n’a jamais appliqué la loi, elle fait la politique », a t-il indiqué avant d’ajouter que  « C’est une Cour partisane ».   

Laissez votre commentaire