Jean Boniface Assélé accueilli triomphalement par ses partisans

Jean Boniface Assélé, président du CLR © GMT

Absent du territoire national pour des raisons de santé, le président du Centre des libéraux réformateurs (CLR), Jean Boniface Assélé, a effectué son retour à Libreville, le vendredi 1er juin dernier. Occasion pour ses partisans de marquer d’une pierre blanche ce retour, en l’accueillant à son arrivée à l’aéroport suivi d’un cocktail dinatoire à la mythique salle du Cabaret des artistes sise à Ozangué dans le 5ème arrondissement.

Après le bain de foule lors de sa sortie d’avion à l’Aéroport de Libreville (ADL), le leader du CLR, parti membre de la Majorité républicaine et sociale pour l’émergence (MRSE), a été accueilli par des centaines de partisans au siège de sa formation politique. Occasion pour eux de célébrer le retour de leur responsable qui a passé plusieurs semaines dans l’hexagone pour des raisons de santé.

C’est au nom de l’ensemble des militants, que le secrétaire général, Nicaise Sickout Inguendja s’est satisfait du retour en bonne forme de leur leader qui a fait l’objet de tentatives d’intimidations de la part de certains membres de la diaspora gabonaise. «Il y a eu des tentatives, mais des tentatives vites estompées parce que l’oeuvre de la sagesse a fait que la conscience prenne le dessus sur l’inconscience de certains compatriotes», a-t-il indiqué.

Nicaise SickoutInguendja a par la suite assuré que malgré son absence, le parti se portait bien et qu’il attendait occuper sa place non seulement dans le landernau politique gabonais mais aussi, lors des prochaines échéances électorales. «Vous avez laissé des dispositions au niveau du parti et des autres structures, je vous rends simplement compte de ce que la maison est toujours debout, la maison vous attendait pour assurer l’avenir. L’avenir c’est un CLR qui doit convaincre», a-t-il martelé.

Touché par cette marque d’affection et de respect, Jean Boniface Assélé a remercié l’ensemble de ses partisans et sa famille pour l’accueil qui lui a été réservé. Il a relevé que par l’organisation de cet événement, le CLR a démontré son attachement à sa modeste personne. Revenant sur l’incident qui a émaillé son séjour, il a regretté le comportement «incivique et irrespectueux» de ces compatriotes qui, a-t-il rappelé étaient en parti des citoyens français puisque bénéficiant de la nationalité.

«Nous allons emmener cette affaire sur le plan diplomatique. Ce sont des français, des gabonais devenus français, si la France a donné la nationalité à ces personnes, c’est donc des français qui m’ont agressé. Et cela montre clairement que les français ne veulent pas que les autorités politiques du Gabon aillent en France. Et moi en tant que leader d’opinion, j’ai saisi l’ambassadeur de France et par la suite le Quai d’Orsay pour que ce problème se règle», a-t-il averti.

Par ailleurs, il a félicité le bureau exécutif du parti qui a fourni un excellent travail de terrain durant son absence. Il a réaffirmé l’engagement du parti à prendre part aux prochaines élections législatives puisque dès la semaine prochaine, il sera question pour le Centre des libéraux réformateurs de choisir ses futurs candidats.

Laissez votre commentaire

Laisser un commentaire