J. Ndoutoume Ngome reprécise ses propos et tire à boulet rouge sur ses détracteurs

Jonathan Ndoutoume Ngome © Gabonreview

Réagissant à un article publié dans nos colonnes qui reprenait ses propos tenus lors d’un entretien accordé à la chaîne d’information en continue Gabon 24, le porte-parole de Démocratie Nouvelle (DN) et ministre délégué auprès du ministre d’Etat, ministre de la famille et de la protection sociale, Jonathan Ndoutoume Ngome, a dans une récente publication tenu à préciser sa déclaration, arguant que celle-ci a été mal interprétée.

En effet, niant avoir déclaré qu’il a perdu son temps dans l’opposition, propos relayés par plusieurs médias, le Porte-parole de Démocratie nouvelle précise qu’il a plutôt dit  que «c’est une perte de temps de l’opposition dite radicale de penser encore à l’élection présidentielle de 2016 au moment où toute la communauté internationale reconnaît Ali Bongo comme le président de la République gabonaise».

Ainsi, pour le membre de ce parti de l’opposition dite responsable, Ali Bongo est sans aucun doute celui qui est reconnu par la Communauté internationale, il en tient pour preuve que ce dernier a été reçu à «trois reprises par le SG de l’ONU, (et) à travers la phrase d’Emmanuel Macron au cours d’une réunion à New-York : je passe la parole au président de la République gabonaise».

«Ces éléments sont la preuve que c’est Ali Bongo le Chef de l’Etat gabonais. De ce point de vue, l’opposition, au lieu de perdre du temps, ferait mieux de préparer les élections législatives»; souligne t-il.

Par ailleurs, un tantinet agacé par la polémique qu’a suscité l’article largement commenté par l’opinion nationale, il a lancé à ses détracteurs «je n’ai aucune leçon de vrai ou de faux opposants, à recevoir de certains activistes mystificateurs et imposteurs sans aucune formation en relations internationales ou en géopolitique pour expliquer et analyser certains faits relevant de ce domaine». Arguant par ces propos qu’il n’était pas du ressort de certains acteurs de prendre la parole dans des questions liées à la chose politique, puisque n’ayant reçu aucune formation dans le domaine. Les concernés apprécieront.

Laissez votre commentaire