Issoze Ngondet se vante de l’action du gouvernement et se fait rabrouer par un écrivain

Réagissant au discours prononcé par l’ancien candidat à l’élection présidentielle, Jean Ping, allocution dans laquelle il appelle les populations à manifester afin de faire respecter la volonté des urnes qui selon lui le donnait vainqueur face à Ali Bongo, le Premier ministre de ce dernier, Emmanuel Issoze Ngondet dans une publication sur son compte Facebook officiel n’a pas manqué de condamner ce qu’il qualifie de «propos provocateurs».

En effet, en réaction au discours musclé de Jean Ping où il demande explicitement aux populations des 9 provinces «et tous les Gabonais de la diaspora, de se lever comme un seul homme, pour marquer solennellement» son arrivée au pouvoir. Face à ce discours très guerrier, Emmanuel Issoze Ngondet emboitant le pas au ministre de l’Intérieur, a vite fait de condamner cet appel.

«Les propos graves et volontairement provocateurs qu’il vient de prononcer, qu’il vient de tenir trahissent une fois de plus ses desseins insurrectionnels. Je condamne fermement ce type de discours qui affaiblissent notre démocratie»; a t-il lancé.

En outre, le Premier ministre d’Ali Bongo estime qu’il y a «eu un temps des élections, puis il y a eu le temps du dialogue politique. Voici venu le temps de l’action, de l’effort collectif, de la performance et de la solidarité nationale», des propos qui ont rapidement fait réagir certains internautes, notamment l’écrivain Benicien Bouschedy.

Dans un commentaire empreint de pédagogie, Benicien Bouschedy a presque renvoyé Issoze Ngondet à ses propres turpitudes. Revenant sur le principe d’action énoncé par Emmanuel Issoze Ngondet, l’écrivain se demande dans un premier temps : «Je voudrais savoir où apprendrons mes petits frères et moi à la rentrée prochaine». Puis de développer «puisque vous parlez de l’action alors qu’en 7 ans, vous êtes restés sur les discours et les maquettes, sans nous construire des écoles et des universités comme la Guinée Equatoriale, à côté».

«Cela fait un an que vous êtes à la Primature. Comme Ali Bongo, le gouvernement n’a pas songer à agir mais à se préoccuper des positions de l’opposition»; a t-il fait remarquer.

Par ailleurs, l’auteur de Silence de la contestation, questionne avec sang froid les actions dont semble se vanter, Emmanuel Issoze Ngondet, «savez-vous au moins que les jeunes à qui vous avez promis un jeune un métier ont perdu espoir et se suicident avec la consommation des drogues et autres stupéfiants? Savez-vous que ce sont les mêmes qui braquent faute d’emplois et qui se prostituent manque de soutiens? Où est notre salut dans cette République? Où est l’action publique?».

Laissez votre avis