Ismaël Ondias Souna lance la 2ème phase du projet Jecca

Le directeur général de la Caistab, Ismaël Ondias Souna © D.R

Dans l’optique d’accroître la production de café et de cacao à l’intérieur du pays, la Caisse de stabilisation et de péréquation (Caistab), a procédé ce jeudi 7 juin 2018 à Lambaréné dans la province du Moyen-Ogooué, au lancement officiel de la deuxième phase du programme Jeunes entrepreneurs Café/Cacao (Jecca).  Cette cérémonie intervient près d’un mois après la sélection de 100 jeunes dans les provinces de l’Estuaire, l’Ogooué-Ivindo, le Woleu-Ntem, le Moyen-Ogooué, la Ngounié, l’Ogooué Lolo et le Haut-Ogooué.

C’est en présence de plusieurs autorités de la localité  notamment le Gouverneur de la province du Moyen-Ogooué, Léonard Diderot Moutsinga Kebila que le directeur général, Ismaël Ondias Souna, a lancé ce projet qui a pour objectif de relancer durablement la filière café-cacao en zone rurale à travers la promotion de l’entrepreneuriat des jeunes.

Ainsi, sa mise en oeuvre passe par la création de nouvelles exploitations agricoles à hauts rendements, et l’augmentation de la production globale du cacao et du café dans l’ensemble des bassins de production du pays. Pour le directeur général de la Caistab, Ismaël Ondias Souna  ce projet est également une réponse adaptée à la problématique du vieillissement des planteurs et des plantations à travers un ensemble d’actions qui vise l’insertion professionnelle des jeunes dans la culture du café et du cacao.

Après la phase 1 qui a vu l’installation de 50 jeunes gabonais, chacun sur une exploitation de 1 hectares  de caféier ou de cacaoyer en association avec des cultures vivrières telles que la banane, l’arachide ou encore le maïs, l’objectif de cette 2ème phase est de doubler le nombre de bénéficiaire de ce programme. C’est donc «100 nouveaux jeunes gabonaises et gabonais qui devront créer chacun 1 hectares  de plantation dès cette année», a-t-il indiqué. Ajoutant par la suite que l’objectif de cette organisme était n’ont pas de former «de simples planteurs de café cacao mais plutôt des entrepreneurs et acteurs économiques du secteur agricole».

«Nous attendons de vous, beaucoup de sérieux dans notre partenariat et surtout beaucoup d’abnégation au travail car nous le savons tous, le travail de la terre n’est pas facile. Mais la terre elle ne ment pas; elle nourrit l’homme. sachez que le Président de la République compte sur vous, que l’avenir de toute la filière café cacao dépend de vous», a lancé Ismaël Ondias Souna aux jeunes bénéficiaires du projet

Laissez votre commentaire

Laisser un commentaire