IRSH : quarante ans d’existence dans l’ombre

Pour les 40 années de son existence, l’Institut de recherche en sciences humaines (IRSH) a organisé du 18 au 19 avril dernier, dans les locaux de l’Institut Français, une manifestation pour commémorer l’événement, qui a été placé sous le thème «40 ans de recherche à l’IRSH : son apport scientifique».

Au cours de la cérémonie, trois thématiques ont été développées, notamment le regard porté sur les disciplines et la question de la recherche en sciences humaines, les enjeux épistémologiques, des représentations-savoirs et le développement, et la problématique des changements climatiques et enjeux.

Le but recherché est de faire connaître au grand public les différents travaux réalisés par l’IRSH depuis sa création. Le directeur de l’institut, Alain Elloue Engoune, a situé le niveau de la recherche au Gabon. Sur ce point, il s’est félicité du fait que l’œuvre de recherche a enregistré une multitude de productions et d’animations scientifiques.

Ceci à l’aide des revues, bulletins, de même que des cycles de conférences et journées scientifiques : «nous avons comme exemple l’étude de la valorisation des sites provinciaux, c’est le cas de la ville de Lambaréné dont le travail portait sur le suivi et la connaissance des écosystèmes du bassin de Mabounié».

Cependant, comme toute bonne œuvre ou structure, les difficultés sont nombreuses. En effet, l’institution rencontre des problèmes dans son fonctionnement. Le directeur de l’IRSH attend l’aboutissement concret des recommandations issues de l’atelier organisé l’année dernière par Denise Mekam’ne, ministre de l’Enseignement supérieur, portant sur la «structuration de la recherche au Gabon et l’harmonisation des partenaires».

Avec La Loupe

Laissez votre avis