jeudi,22 octobre 2020
Accueil A La Une Insécurité maritime : effet d’annonce puis silence radio du gouvernement depuis l'attaque...

Insécurité maritime : effet d’annonce puis silence radio du gouvernement depuis l’attaque des pirates

Sans armée opérationnelle, les Gabonais sont-ils en danger permanent en cas d’attaque extérieure? La question a le mérite d’être posée tant le gouvernement gabonais, après l’attaque aux larges de nos côtes , qui a coûté la vie à un compatriote, n’a montré aucun signe de puissance, ou n’a pris aucune initiative forte visant à rassurer les populations sur la question. Pire, depuis la sortie formaliste du porte parole du gouvernement annonçant avoir pris des mesures pour retrouver les auteurs de cette tragique attaque, foncièrement attentatoire à la sûreté de l’Etat, le gouvernement s’est tu, comme impuissant et résigné par une affaire, qui semble résolument le dépasser.  

Une mise en branle des « moyens exceptionnels », c’est en substance ce qu’avait laissé entendre le gouvernement par le truchement de son ministre de la Communication, Porte parole du gouvernement, Edgard Anicet Mboumbou Miyakou, s’exprimant au lendemain de l’attaque mortuaire du 22 décembre 2019 dernier dans les eaux gabonaises pour rassurer l’opinion, sur ce que tout était mis en oeuvre, pour que la lumière soit faite concernant cette attaque qui jette le discrédit sur les capacités sécuritaires de notre pays. 

Les faits : dans la nuit de samedi 21 au dimanche 22 décembre 2019 vers 3 heures du matin, des pirates non identifiés auraient pris d’assaut un navire le Tropic Down qui venait d’appareiller du port d’Acaé, en partance pour la capitale économique Port-Gentil, ainsi que deux navires de pêche en attente de licence, battant pavillon chinois. Le bilan, un mort, le regretté commandant Aymard Mboumba Mbinah et quatre ressortissants chinois employés de la société Sigapeche pris en otage par les pirates. Plusieurs semaines après cet acte infamant, excepté cette seule intervention formelle et basique tel  que le commandent les règles protocolaires au sortir du conseil des ministres, le gouvernement Julien Nkoghe Bekale s’est illustré par un silence strident qui inquiète l’opinion et qui par ailleurs, fait planer sur l’Etat, une supposée incapacité à protéger ses côtés, son territoire et donc par ricochet, les Gabonais.  

Les circonstances de cette attaque qui porte atteinte à la tranquillité publique et la sûreté de l’Etat ont-elles été mesurées? Les auteurs de cette attaque odieuse qui a coûté la vie à un valeureux compatriote ont-il été identifiés et repérés ? Les pirates sont-il arrétés ? Que font les services du procureur de la République près le tribunal de première instance de Libreville et les services de la direction générale de recherches (DGR) qui se sont montrés si efficace dans l’opération Scorpion ? Le gouvernement est-il dans l’impasse ? Les Gabonais qui sont dans l’expectative et qui vivent depuis cette nuit du 22 décembre, dans la peur et le spectre d’une apparition des maux de certains pays de la sous-région en terre gabonaise, ont grand besoin d’être rassurés par le gouvernement.

Une exigence de l’opinion gabonaise qui se justifie encore plus depuis les déclaration du Président directeur général de Starammarine, lequel dans une interview donnée à nos confrères de Gabonreview révélait une volonté via cette attaque, visant à menacer les intérêts du Gabon. « Je pense que les intérêts marocains ont été visés parce qu’on avait déjà reçu des menaces dans ce sens-là. (…) Le groupe Satram est le symbole même de la coopération entre le Gabon et le Maroc. Il gêne beaucoup de monde » déclarait le docteur Moustapha Aziz, PDG de Satrammarine. Un pavé jeté dans la marre qui consacre l’affolement et l’anxiété des populations sur ce que le pays ferait face à une sérieuse menace extérieure. 

Mais le gouvernement a t-il les moyens de protéger efficacement les côtes gabonaises ? Cette question est revenue avec insistance dans la conscience collective. Qu’en est-il donc concrètement ? Selon certaines sources, la marine nationale disposerait de 2 patrouilleurs, le P07 appelé le général Ba Oumar reçu en 1988 et un P08 dit le colonel Djoué Dabany acquis en 1990. La marine gabonaise disposerait aussi de 3 vedettes gardes-côtes. Le Ngolo d’origine italienne datant de 1977, le Nguene, américain de 1975 et le Léon Mba 1968 désormais désactivé. A cela viennent se greffer 4 autres vedettes côtières le Cocobeach, le Port-gentil, l’Omboué et le Mayumba dont un équipage limité à 9 fusiliers. Après cette revue d’équipement limité et qui plus est, particulièrement vétuste, dire que la marine nationale est capable de protéger les côtes gabonaises est une hérésie, et une vérité que le gouvernement dans l’impasse, ne veut pas avouer aux Gabonais.  

Ce gouvernement et cette armée plus prompts à réprimer les marches et manifestations pacifiques sous le fallacieux prétexte de trouble à l’ordre public et d’atteinte à la tranquillité publique doivent désormais prendre leurs responsabilités. C’est sur ces questions et priorités d’ordre national qu’ils sont attendus. Maintenant que le pays est menacé, ces soldats qui paraissent tellement aguerris pour l’art de la guerre en balançant et tirant des grenades lacrymogène sur les populations désarmées, doivent faire montre des mêmes aptitudes, de la même habileté et de la même promptitude à l’heure où la sécurité du pays est en proie à cet acte de défiance qui pourrait si rien n’est fait, conforter les pirates sur la faiblesse de notre armée d’une part, les encourager d’autre part, à venir impunément sur nos eaux, voler, piller et tuer des Gabonais. 

Alors Messieurs, si vous êtes incapables de nous soigner, de nous trouver de l’emploi, et de favoriser un mode de vie décent, ayez au moins la pudeur, de sauvegarder ce que nous avons de plus précieux, la VIE.   

Laissez votre commentaire

Gabon Media Timehttp://gabonmediatime.com
Gabon Media Time est un site d'actualité dont le slogan est " A l'heure de l'info". Nous entendons réinventer l'actualité en ligne gabonaise et sous régionale.
Global Media Time Gif 2px
Street 103 Gabon Gmt