Incident de Libreville: Une députée de la République en marche cloue au pilori Air France

Amal-Amélia Lakrafi © D.R

Dans une adresse publiée le 3 Juillet 2018 dans le journal officiel français, une députée de la République en marche (parti d’Emmanuel Macron) a émis de sérieux doutes concernant les vols de la compagnie Air France à destination et en provenance de Lbv. Ainsi, Amal-Amélia Lakrafi a attiré l’attention de la ministre française des transports, sur «les difficultés rencontrées de manière récurrente» par les passagers de la compagnie.



Alors que Air France et Air Belgium n’ont cessé de démentir vigoureusement les faits qui leur sont reprochés à savoir des «incidents majeurs» ayant failli causer des dégâts irréversibles en terre gabonaise, une adresse de la députée française Amal Amélia Lakrafi vient corroborer les soupçons liés à ces vols. C’est donc le 3 Juillet, soit près de trois semaines après le second incident, que la député avait décidé de tirer la sonnette d’alarme.

En effet, pour cette experte en sécurité informatique de formation, Air France rencontrait à ce moment  «des difficultés récurrentes» en ce qui concerne ses vols à destination et en provenance de Libreville. Soulignant que pour cette destination, le service s’était  «dégradé» notamment à cause de «la sous traitance à Air Belgium» qui est une compagnie low cost, la député avait relevé un grand nombre d’incommodités.

Ce sont donc «trois pannes techniques, deux vols annulés, un personnel de bord inexpérimenté et mal aimable, un confort d’avion loin des standards habituels, aucun vol décollant à l’heure, aucune assistance au sol, des problèmes de correspondance et un parking reculé à l’aéroport de Paris» qui étaient reprochés à la compagnie française. Reproches qui se sont soldés par de nombreuses plaintes.

Si Air France et Air Belgium ont quant à eux indiqué qu’il s’agissait de la part des médias Gabonais, d’une campagne de «désinformation voire d’une cabale médiatique», les faits qui leur sont reprochés restent assez graves dans la mesure où ils ont conduit à des incidents majeurs, qui auraient pu coûter la vie à près de 110 passagers le 12 Juin 2018.

Laissez votre commentaire