Humiliation de C. Gwodock et E. Valentin : l’Ambassadeur du Gabon «déplore l’impunité» dont semble bénéficier la diaspora

Faisant suite à l’action menée par des membres de la diaspora contre Edouard Valentin et Crépin Gwodock dans une terasse de café à Paris, en France, l’Ambassadeur du Gabon, Flavien Enongoue, dans un communiqué a fustigé ce qu’il qualifie «d’agression verbale et physique» des deux personnalités.

En effet, ce samedi 24 juin, Edouard-Pierre Valentin et Crépin Gwodock, respectivement président du Conseil d’administration et administrateur directeur général de la société commerciale gabonaise de réassurance ont eu droit à un accostage inopiné des membres de la diaspora gabonaise en France. Un rappel aux bons souvenirs du dernier cité qui avait traité les gabonais vivant en hexagone de «migrant de la jungle».

C’est donc face à l’humiliation subie par les deux personnalités, que l’ambassadeur du Gabon à dénoncer cette attitude,  il relève qu’un «groupe de compatriote conduit par M. Marceau Malekou, a rageusement investi les lieux pour porter atteinte à l’intégrité physique, à la dignité et à l’honorabilité».

Dans le communiqué, Flavien Enongoue «condamne la multiplication des actes de violences contre les personnalités gabonaise en séjour en France». Accusant à demi mot les autorités françaises, celui-ci «déplore l’impunité qui contribue à les alimenter».

Par ailleurs, il indique que l’ambassade  «a requis d’assister messieurs Valentin et Gwodock dans l’action judiciaire qu’ils ont immédiatement engagée contre les agresseurs».

Laissez votre avis