Horizons nouveaux: le personnel réclame plus de 2 ans de salaires impayés

Voilà maintenant 2 ans et deux mois que le personnel de la Fondation Horizons Nouveaux, situé à Acaé dans le 5eme arrondissement de Libreville, réclame leurs émoluments. Désoeuvrés et désemparés, ces pères  et mères de familles gabonaises lancent un énième appel aux autorités compétentes afin que celles-ci les sortent de la pouillerie dans laquelle ils sont plongés depuis la fermeture de cette structure en 2016.

Le responsable du collectif des agents de ladite Fondation, contacté par nos confrères de L’Union, s’est prononcé sur cette situation qui dure déjà depuis 26 mois. «Nos derniers salaires nous les avons perçus en avril 2016 (…) à ce jour, nous sommes tous inquiets. Nous ne savons même pas ce que sont devenues nos cotisations à la CNSS», leur a-t-il indiqué.

Durant ces deux années de calvaire, ces agents ne sont pourtant pas restés inertes. Ils ont mené toutes les démarches nécessaires au recouvrement de leurs salaires, mais hélas sans succès. «Depuis cette traversée du désert nous avons entrepris différentes démarches auprès  des services compétents, mais personnes ne veut nous recevoir et nous ne savons plus à quel saint nous vouer», a-t-il poursuivi.

Cette situation difficile qui a poussé certains de ces agents à la mort, du fait de ne pas avoir d’argent pour se soigner, où d’autres devant les tribunaux, à cause des emprunts contractés, ne date que depuis le décès de sa fondatrice Edith-Lucie Bongo Ondimba.

Créée en 1996, cette fondation qui avait pour vocation d’accueillir des enfants présentant des déficiences psychomotrices, a longtemps fonctionné grâce à une subvention de l’État gabonais de l’ordre de 600 millions de Fcfa. Suite à la disparition de sa fondatrice en 2009, «cette subvention, qui servait au fonctionnement de l’établissement et à payer le personnel n’a cessé de décroître jusqu’en 2015-2016», a conclu le responsable du collectif.

Laissez votre commentaire

Laisser un commentaire