Hôpital régional de Melen : l’insalubrité bat son plein

Les potentiels dangers que présente l’insalubrité publique à Libreville ne finissent pas de soulever des inquiétudes. En dehors des grands carrefours et autres zones inaccessibles de la capitale gabonaise, les centres de santé sont également en voie de devenir des décharges publique, tel qu’on le voit à l’Hôpital Régional de Melen, dans la commune de Libreville.

Ce n’est pas dans un coin retiré du terrain de l’Hôpital mais à l’entrée du service de Chirurgie Externe et Interne que les agents, patients et riverains ont trouvé l’ingénieuse idée d’installer les poubelles.

Sur les lieux, les bacs à ordures de Gabon Propre Services (Gps) et d’Averda discutent la cours. Plusieurs interrogations ne peuvent que surgir sur ce constat : si l’hôpital devient un lieu de déchets, où iront se soigner ceux que l’insalubrité dans les quartiers infecte tous les jours ? Peut-on espérer une véritable guérison dans un milieu rempli d’immondices ?

Interrogé à ce sujet, Pascal Obiang, un agent du service pédiatrique nous confie : « nous sommes soumis aux prestations de Gabon Propre Service. Depuis plusieurs jours, les ordures débordent les bacs. Comme dans plusieurs quartiers de Libreville, notre hôpital pue et les mouches sont désormais des compagnons. Pourtant nous sommes dans un centre de santé censé être une référence en matière de propreté. C’est dommage que les services publics y trouvent leurs limites », a déclaré le cinquantenaire ce lundi de noël.

Par ailleurs, au sujet de la colonie d’immondices qui a envahi Libreville et ses environs, l’incapacité de l’Etat à trouver un site pour suppléer Mindoumé serait, selon Joseph Minko Olenga, Directeur Général Adjoint, la principale raison qui empêche les sociétés spécialisées dans la collecte des ordures à faire leur travail. «Jusqu’à ce que le gouvernement trouve un site, les populations devraient se contenter de manger moins afin de limiter la production des ordures » ; déclarait Pierre, un agent de la société marocaine Averda, au niveau de Nkembo.

Laissez votre commentaire