Hausse du prix des produits pétroliers: le PLC dit non !

Nicolas Nguema © D.R

La décision portant fixation des prix des produits pétroliers prise par la Commission nationale compétente continue de susciter des réactions au sein de l’opinion. La dernière en date est celle du parti Pour Le Changement (PLC), qui a fustigé cette décision impopulaire qui alourdit les charges des ménages gabonais. 

C’est par la voix d’un de ses membres fondateurs, Nicolas Nguema que le PLC a tenu à donner sa position sur les sujets d’actualité et particulièrement sur l’augmentation des prix des produits pétroliers. A cet effet, cette formation politique a dénoncé cette décision qui vient plomber les conditions de vie déjà précaires des citoyens gabonais.

Pour ce nouveau né du paysage politique, l’augmentation du prix du carburant est due à un problème de gestion de la structure de raffinage des produits pétroliers (Sogara) pour la consommation locale. «L’état importe le carburant faute d’une augmentation de la capacité de production de la Sogara et n’arrive plus à subventionner le carburant car cela creuse le déficit budgétaire», a-t-il fait remarquer.

Revenant plus particulièrement sur la question de l’augmentation du prix du gaz butane, Nicolas Nguema a indiqué que cette situation résulte de la vétusté des installations de l’usine de remplissage de gaz à Owendo qui est devenue au fil des années une véritable poudrière. «La sphère de rechargement du gaz n’a pas été changée depuis plus de 15 ans, alors que ces installations doivent être régulièrement reconditionnées. Mais comme l’Etat est toujours dans la philosophie du médecin après la mort, les conséquences de l’explosion de cette usine seraient dévastatrices», a-t-il souligné.

Tout appelant à une mobilisation générale pour exiger l’annulation de cette nouvelle grille des prix des produits pétroliers, Nicolas Nguema a pointé du doigt les choix économiques opérés par le gouvernement en la matière. «L’état ne peut pas continuer à se soustraire à ses obligations au détriment de nos concitoyens. Nous dénonçons la mauvaise gestion de L’Etat qui non seulement coûte cher aux populations d’un pays producteur de pétrole et du risque qu’il fait courir aux populations travaillant dans cette usine et aux alentours», a-t-il conclu.

Laissez votre commentaire