Hausse des prix : L’Organisation gabonaise des consommateurs tire sur le gouvernement

© Gabonactu

L’entrée en vigueur de la Contribution spécial de solidarité (CSS) a eu comme effet induit, l’augmentation des prix des produits sur le marché. Une situation décriée par  le président de l’Organisation gabonaise des consommateurs (OGC) Ibrahim Sendjet Mboulou, ce dernier accuse le gouvernement d’être à l’origine de cette flambée des prix.

GABON LIBREVILLE

Ibrahim Sendjet Mboulou, le président de l’Organisation gabonaise des consommateurs (OGC) qui se confiait à nos confrère de Gabonactu,  a souligné concernant l’entrée en vigueur de la Css que le gouvernement n’a pas «suffisamment communiqué. Les commerçants véreux ont profité de l’entrée en vigueur de la Contribution spéciale de solidarité (CSS, ndlr) pour se faire du beurre».

Pour le président de cette organisation de défense des droits des consommateurs, la mise en place de cette nouvelle contribution a été le prétexte pour plusieurs commerçants de majorer les prix des produits, «Il est inadmissible que des commerçants augmentent les prix jusqu’à 4 ou 5% alors que la CSS représente seulement 1%», s’est-il indigné.

Par ailleurs il a souhaité que les 166 produits de premières nécessité exemptés de certaines taxes soient également exemptés de la CSS pour éviter les frustrations au sein de la population, qui éprouvent déjà des difficultés à joindre les deux bouts.

C’est depuis le 15 mars dernier, que le gouvernement a ordonné à tous les opérateurs économiques d’appliquer un prélèvement de 1% sur tous les achats dans le cadre de la Contribution spéciale de solidarité (CSS). Les revenus de cette taxe doivent servir à financer l’assurance maladie universelle au Gabon, explique Gabonactu.

Il faut souligner que jusqu’à pas longtemps la CNAMGS était financer par le prélèvement de  10% du chiffre d’affaires auprès des opérateurs de la téléphonie mobile, 1,5% sur les transferts d’argent et les cotisations des travailleurs. Après d’âpres négociations, les opérateurs de téléphonie mobile avaient  obtenu la suspension du prélèvement des 10% sur leur chiffre d’affaires pour financer la CNAMGS, d’où la mise en place de la CSS par le gouvernement pour pérenniser le financement de l’assurance maladie.

Laissez votre commentaire