Hausse des prix : les autorités portuaires et les grands groupes de distribution indexés

© D.R

Le constat fait depuis plusieurs semaines sur la hausse injustifiée​ des prix des denrées alimentaires dans les grandes surfaces et les marchés gabonais ne cesse de créer la réprobation du gouvernement. Après  les opérateurs économiques qui ont profité de l’instauration de la taxe sur la contribution spéciale pour la solidarité (CSS), le gouvernement a exhorté les autorités portuaires et les grands groupes de distribution au respect  des mesures prises​ pour lutter contre la vie chère.

Au delà, des griefs souligné par le gouvernement les associations des consommateurs ont quant à elles observé que certains grands groupes de distribution s’illustrent par des pratiques commerciales répréhensibles.

Entre autres enseignes mise à l’index, les groupes Foberd, Ceca Gadis et la Setrag, qui se livrent, d’après l’organisation gabonaise des consommateurs (OGC), à «la spéculation de la vente d’eau minérale» d’une part, tandis que d’autres ont augmenté le tarif du ticket de transport par train.

Cette situation a donc contraint le gouvernement  à rappeler  les opérateurs du secteur de la grande distribution au strict respect des mesures gouvernementales  prisent en 2012 et  2016. En effet, celles-ci  portaient sur la suppression des droits de douane et de la TVA de neuf catégories de produits alimentaires, l’instauration d’un régime de liberté contrôlée des prix pour les produits importés et les produits locaux, ainsi que le plafonnement des prix de 166 produits de consommation courante.

Laissez votre avis