Guy Christian Mavioga appelle les Gabonais à prier pour le rétablissement d’Ali Bongo

Guy Chistian Mavioga, secrétaire général exécutif du Bloc démocratique chrétien (BDC) © GMT

C’est à l’occasion d’une conférence de presse qu’il a animée ce mercredi 31 octobre 2018, au siège de son parti le Bloc démocratique chrétien (BDC), que Guy Christian Mavioga a abordé l’épineuse question de l’état de santé du président de la République Ali Bongo Ondimba, en faveur de qui il a appelé le peuple gabonais à prier.

Au moment de sa prise de parole Guy Christian Mavioga n’a pas manqué de réagir à l’actualité nationale marquée essentiellement par l’état de santé du président de la République. A ce propos, il a regretté en son nom et en celui de son parti « la tournure actuelle des évènements ».  « Si le peuple a le droit de savoir la vérité et que le gouvernement a le devoir de dire la vérité, il n’en demeure pas moins que nous sommes très loin de la dignité et du respect de nos valeurs », a-t-il fustigé.

Pour le secrétaire général exécutif du BDC,  « le président de la République, fut-il Chef de l’Etat est, avant tout, un être humain comme nous tous  . A ce titre poursuit-il « tout être humain peut tomber malade, peu importe la maladie. Tout être humain peut chuter, quelle que soit sa position. D’ailleurs, n’a-t-on pas coutume de dire que “tout homme est un malade qui s’ignore”? ».

Condamnant le comportement des Gabonais qui se réjouissent de la situation actuelle que vit le président Ali Bongo Ondimba, Guy Christian Mavioga a estimé qu’il était  « la preuve manifeste de l’échec des politiques publiques en matière d’éducation populaire et de civisme. Ce comportement est très loin de nos civilisations, très loin de nos valeurs bantu, de nos valeurs gabonaises », a-t-il précisé.

« Dans nos villages, les sages nous enseignent que « Quand le malheur frappe à ta porte, prépare bien ton cœur car il ne frappe jamais un seul coup ». C’est pourquoi quand le malheur monte aux genoux du riche, il va jusqu’au cou du pauvre. Un proverbe latin dit aussi « l’homme le plus pitoyable est celui qui se réjouit du malheur d’autrui », a-t-il déclaré avant  d’appeler « les Gabonais à ne pas s’éloigner de l’amour ou du respect du prochain »

A l’endroit des des chefs de partis politiques de la majorité,  Guy Christian Mavioga a exprimé sa volonté de les voir se mobiliser spirituellement avec les Gabonais pour  « prier pour la nation et pour Ali bongo Ondimba.  Dieu est le maître des temps et des circonstances. A ce titre toutes les filles et fils du Gabon doivent s’incliner devant lui pour qu’il nous accorde sa miséricorde », a-t-il conclu.

Laissez votre commentaire