Guilou Bitsutsu-Gielessen : «le danger du Gabon c’est pas le PDG mais les ‘oiseaux’»

Guilou Bitsutsu-Gielessen, leader du mouvement Priorités Citoyennes

Face au tollé suscité par la sortie médiatique du secrétaire exécutif du Bloc démocratique chrétien, Guy Christian Mavioga, au cours de laquelle, il a identifié le Parti démocratique gabonais comme le principale «danger du Gabon», et la prise de position en sa faveur du président de l’Alliance pour le changement et la restauration, Bruno Ben Moubamba,  plusieurs acteurs politiques ne cessent de s’exprimer pour donner leur position concernant cette posture qui a provoqué un malaise au sein de la majorité.

Ainsi, dans un entretien accordé à la rédaction de Gabon Media Time, le président du mouvement Priorités citoyennes, a tenu à exprimer son sentiment sur cette question qui alimente l’actualité gabonaise.

Réagissant aux déclarations des deux personnalités politiques, il a exhorté «Mavioga et Moubamba à sortir de la politique spectacle : un coup ils sont dans le défaut, un autre coup ils sont dans l’excès», estimant que leurs prises de positions ne servaient en rien la politique voulue par Ali Bongo. «Arrêtez d’entretenir le « tout politique ». Ce “tout politique” qui cultive le pessimisme et engendre l’impasse politique. Et, tout d’un coup, tout devient « bon à rien »»; a t-il martelé.

Prenant le contre pied de l’assertion du leader du Bloc démocratique chrétien, Guilou Bitsutsu-Gielessen a plutôt jugé que «le gros danger de ce pays c’est non pas le PDG mais les “oiseaux” ces hommes politiques tels des oiseaux qui vont de branches en branches et dorment là où la nuit les trouve…». Il a souligné d’ailleurs que la dissolution du Parti démocratique gabonais ne changera en rien le quotidien du peuple gabonais.

Toutefois, il a estimé s’agissant du PDG, que «ce parti doit se reinvinter un destin en phase avec les enjeux et les défis du moment», il est nécessaire que le parti au pouvoir trouve un nouveau souffle et que ses militants et sympathisants  «comprennent que dans les moments difficiles que nous traversons, le PDG (…) doit être en symbiose avec l’exécutif et son chef Ali Bongo Ondimba».

Aussi, «Les 3 années que prendront le Plan de Relance Économique sont déterminantes et, plutôt que de faire l’apologie des luttes pour le pouvoir, il serait aujourd’hui plus utile de mettre l’accent sur les priorités citoyennes afin d’améliorer notre bien-vivre ensemble»; a t-il confié.

Laissez votre commentaire