Guido Santullo menace de saisir les biens du Gabon en France

Guido Santullo

Face au silence du gouvernement gabonais, qui peine à apurer la dette du groupe Santullo-Sericom, son président directeur général, Guido Santullo dans un entretien avec la presse a évoqué la possibilité de procéder à la saisie du patrimoine de l’Etat gabonais en France si «sa dette s’élevant à 350 milliards de francs» n’est pas épongée.



Ainsi, dans l’optique de recouvrer sa dette due par l’Etat gabonais,  le patron de l’entreprise Santullo-Sericom, Guido Santullo est une nouvelle fois monté au créneaux, il affirme avoir engagé des saisies auprès de la justice française pour recouvrer toute sa créance. Cette procédure  judiciaire introduite par le PDG de Santullo-Sericom pourrait avoir pour effet immédiat la saisie des biens du gouvernement gabonais à l’étranger, notamment en France.

Il souligne par ailleurs, qu’il n’a engagé aucune «procédures contradictoires». «L’accord qu’on a fait avec le gouvernement était de 42 milliards de francs. L’Etat a dit qu’il nous doit 200 milliards de francs, qu’il n’y a que 42 milliards qui sont certifiés. Dans l’accord, il y a deux mois, l’Etat devait vérifier toutes les autres factures. Il a signé. Les 42 milliards de francs n’ont rien avoir avec les 350 milliards de francs. Vous-mêmes, vous venez de le dire, j’ai eu 450 milliards de marchés. C’est tout à fait normal et légal que je saisisse les biens de l’Etat gabonais. Et je continuerai les saisies jusqu’à recouvrir toute ma créance», indique t-il.

Par ailleurs, suite à la convocation qu’il a reçu de la Direction générale de la contre ingérence (B2) il a clairement exprimé son refus d’y répondre. «Je ne répondrai pas du tout. J’ai donné l’ordre à mes collaborateurs d’envoyer une lettre disant que je n’ai plus rien à avoir avec eux», a-t-il martelé.

Laissez votre commentaire