GSEZ veut filtrer et comptabiliser de grumes rentrant dans la ZES de Nkok

Zone économique à Régime privilégié (ZERP) de Nkok ©D.R

Dans l’optique de lutter contre le trafic de bois et de migrer vers une gestion éco-responsable, Gabon Special Economic Zone (GSEZ) vient de signer un contrat avec FRMi et Brainforest. Ainsi, ce mercredi 3 Octobre 2018, les trois entités ont annoncé au cours d’une conférence de presse, la « certification  » prochaine de toutes les grumes entrant dans la ZES de Nkok.



C’est à la faveur d’une conférence de presse organisée ce mercredi 3 Octobre à la ZES de Nkok, que Kumar Mohan directeur Supply Chain de GSEZ, Bernard Cassaigne président directeur général de FRMi et Martial Djinang coordinateur projet de Brainforest, ont annoncé cet accord. Intitulé « Tracer Nkok », il permettra à terme à GSEZ de s’appuyer pour sa production, sur des grumes « 100% certifiées».

En effet, le projet vise principalement à offrir une meilleure traçabilité à GSEZ, concernant les grumes qu’elle achète auprès des opérateurs économiques. Son objet est donc de « filtrer et comptabiliser 100% des grumes rentrant dans la ZES de Nkok » mais également « de fournir un appui technique et préparer les opérateurs économiques aux procédures diligences » a indiqué Kumar Mohan.

Soucieuse du respect des normes de transparence et de conformité en la matière, GSEZ va donc s’appuyer sur l’expertise de Brainforest et FRMi. D’ailleurs Kumar Mohan, a tenu à souligner que cet accord « répond aux besoins de la ZES  de Nkok, de faire bénéficier aux unités de transformation de bois, d’une expertise sur la légalité et la traçabilité de l’ensemble de leurs approvisionnements en bois ».

Œuvrant pour « la gestion durable des richesses naturelles » comme indiqué par Martial Djinang, Brainforest aura donc la lourde tâche de « Tracer Nkok », tout comme FRMi qui devra « contrôler la légalité de l’intégralité des grumes livrées dans la zone de Nkok et garantir ainsi la conformité au droit de l’ensemble des grumes transformées » a indiqué Bernard Cassaigne.

Pour rappel, avec plus de 600 000 m3 de bois transformés l’an dernier sur les 1 400 000  m3 transformés sur l’ensemble du territoire, la ZES de Nkok poursuit son expansion. Cette nouvelle étape marque donc un tournant vers la certification progressive de toutes les unités de transformation, voulue par le chef de l’Etat.

Laissez votre commentaire