GSEZ décline un pan de sa RSE

C’était le point phare développé par Gabon special economic zone (GSEZ), à la faveur d’une rencontre ce 6 mars 2018, à la mairie d’Owendo, à laquelle prenaient part les opérateurs économiques partenaires, les administrations du port, la société civile et les riverains de cette commune. Une concertation en droite ligne avec sa démarche de Responsabilité sociétale d’entreprises (RSE), qui vise à consolider les relations de bon voisinage.


Convier toutes les parties prenantes impactées par son activité, Gsez minéral port l’a fait. Cette initiative que l’entreprise veut pérenne vise non seulement à lever le voile sur ses activités, actions et à informer son voisinage sur les différents mécanismes à utiliser en cas d’impacts de ses activités sur une tierce partie.

«Cela permet de recueillir des informations qui, lorsque des explications ne sont pas données, finissent par devenir des réalités, alors qu’il n’y a aucun problèmes. L’idée est de ne pas attendre que le problème survienne et  devienne trop grave. Il s’agit de garder une harmonie avec l’écosystème dans lequel l’entreprise évolue», a confié à l’Union, Gyslain Pothier, responsable QHSE de GSEZ.

C’est donc séance d’information qui permettra de prévenir ou de  désamorcer d’éventuelles conflits. Dans cet élan l’entreprise à donner le modus operandi pour porter plainte contre elle, en cas de dommages ou de mécontentement d’un partenaire ou d’une tierce personne.

«C’est aussi l’occasion de présenter le mécanisme de gestion de plainte que l’on veut mettre en place pour s’assurer qu’il y’a une communication continuelle entre le port minéralier  et les gens qui vivent autour, que ce soit les partenaires d’affaires, les voisins ou la communauté», a ajouté Gyslain Pothier.

Toujours selon la même source, ces plaintes concernent : une nuisance répétitive, un dommage à un bien ou une personne, une limitation d’activités, une proposition ou recommandation. Le règlement en cas de conflit se fait en trois étapes : le dépôt de la plainte par email, téléphone auprès des services Hygiène sécurité environnement (HSE), ou auprès du chef de quartier d’Alenakiri, petit village, mairie d’Owendo ou directement à l’entrée du site. Ensuite, le plaignant devra attendre une réponse dans les 48h qui suivent.

Laissez votre commentaire