Grève aux Affaires étrangères : Noël Nelson M’Essone doit intervenir

Noël Nelson M’Essone © Ambassade du Gabon au Maroc

Entamée la semaine dernière, la grève du syndicat des agents des affaires étrangères (SAAE) continue de préoccuper, malgré l’indifférence assourdissante du ministre de tutelle Noël Nelson Messone. Pour coordonner la suite de leur méthode de revendication, les agents de ce syndicat tiendront une Assemblée générale demain Lundi 08 janvier à leur ministère.

Parmi les points de revendication constituant le motif de la grève du Syndicat des agents des affaires étrangère, on compte prime de servitude diplomatique instituée par l’arrêté n°0983/07/MEFBP/DGCP instituant une régie des recettes des affaires étrangères, de la coopération, de la francophonie, et de l’intégration régionale (mise en place d’un cadre juridique pour le paiement de la PSD, faire payer les droits de chancellerie, achat de carnet pour les passeports de service).

Sur les conditions de travail, les agents exigent «la mise en marche des ascenseurs et de la climatisation au sein du bâtiment principal et l’annexe, réfection des toilettes, le problème d’éclairage dans les deux  bâtiments, délocalisation du ministère car le bâtiment qui l’abrite  présente un réel danger pour les agents». Comme à l’éducation nationale où les enseignants demandent la craie, au ministère des affaires étrangères, les agents dénoncent un manque criard de matériel et fournitures de bureau (ordinateur, papiers, encres, imprimantes). Mais aussi l’ouverture d’une infirmerie.

A côté de ces lignes de revendication, la situation des carrières administratives des agents n’est pas en reste. Le SAAE exige la formation des agents, la relance de la convention avec LYRIC, la proposition de contrat avec l’ENA, «voir aussi dans le cadre de la coopération avec nos partenaires tel que le Sénégal, pour une convention, suivi de la convention EPCA, pour le respect du principe de rotation interne et externe. Nous n’oublions pas la situation des stagiaires qui ont besoin des signatures des fiches bleues pour certains et pour ceux dont les fiches ont été signées, nous voulons savoir leur évolution», a souligné le président du syndicat, Ghislain Boukandji.

En plus, il y a la situation des agents de la main-d’œuvre non permanente confrontés au non-paiement des arriérés CNSS et des allocations familiales. Mais aussi, la question de l’intégration de ces derniers à la fonction publique.

Sur le plan du transport, les deux bus en circulation pour assurer le déplacement des agents n’ont pas d’assurance et n’ont subi aucune révision depuis des années. «La somme prévue pour le transport des chauffeurs n’est toujours pas effective», nous apprend un membre du syndicat.

A côté de ces questions internes sur le plan national, le Syndicat des agents des affaires étrangères n’oublie pas la situation des diplomates à l’extérieur qui sont confrontés à la régularisation des loyers, des frais médicaux, des frais de scolarité des enfants et du transport.

Toutefois, devant tous ces manquements, le SAAE souhaite l’intervention de leur ministre de tutelle qui semble se préoccuper de tout sauf de ce que vivent ses plus proches collaborateurs. C’est donc pour attirer de plus belle son attention que les points à l’ordre du jour de cette AG convient une forte mobilisation des agents.

Laissez votre commentaire

Laisser un commentaire