Grève à la Sogatra : les agents assiègent le Trésor public pour réclamer leurs salaires

La grève qui secoue actuellement la Société gabonaise de transport (Sogatra) semble s’enliser de jour en jour et prendre une autre tournure. Depuis ce lundi 3 juillet,  les agents ont décidé d’observer un sit-in devant la Direction générale de la comptabilité publique et du Trésor sis au Centre-ville afin de faire entendre leur voix suite au silence assourdissant de la direction de cette entreprise mais aussi,  du ministère de tutelle.

En grève générale illimitée depuis le 9 juin dernier, ce mardi 4 juillet, les agents de Sogatra se sont retrouvés une nouvelle fois devant le bâtiment abritant les bureaux de la  Direction générale de la comptabilité publique et du Trésor pour dire leur mécontentement face au non paiement de leurs salaires depuis bientôt 4 mois. Une situation qui exaspère de plus en plus les employés de cette entreprise parapublique qui ne savent plus à quel saint se vouer.

Interrogé par la rédaction de Gabon Media Time, l’un des agents qui a requis l’anonymat a exprimé son désarroi face au mutisme des pouvoirs publics. «Nous constatons que malgré toute les voies de recours que nous avons épuisé depuis presqu’ un mois, nous n’avons pas eu gain de cause. Aucun interlocuteur devant nous, ni la direction générale, ni l’Etat. Pourtant,  nous exerçons dans une société para-étatique, c’est regrettable de voir plus de 1080 agents gabonais passés près de 5 mois sans salaire»; a t-il dénoncé.

Un autre,  visiblement remonté, s’est insurgé contre l’attitude des autorités qui,  semble t-il, se satisferaient de la situation dramatique que traversent les agents. Surtout que certains parmis eux, mis à la porte par leurs bailleurs,  sont obligés de squatter la base de l’entreprise. «C’est regrettable dans un Etat responsable, un État dit émergent  que l’on retrouve encore des pratiques archaïques, la manière dont le gouvernement de ce pays traite les gabonais»; ajoutant «qu’aujourd’hui nous sommes au Trésor où nous avons des documents faisant foi de ce que nous avons des avis d’ordonnancement qui disent que nous devions être payés,  mais la solde nous rétorque depuis plus de 6 mois qu’il y a un manque de liquidité pour payer les gabonais.»

Laissez votre avis