Grève à la Santé / Bilié-By-Nze : «dans l’état actuel, ça va être difficile de payer la P.I.P aux agents»

© Gabonreview

Au cours de la conférence de presse qu’il a animé ce 31 mai, le Porte-parole du gouvernement, Alain Claude Bilié-By-Nzé a évoqué la grève qui secoue actuellement le secteur de la santé et qui causant une quasi paralysie dans les structures hospitalières publiques du pays.

Ainsi, il a expliqué que cette situation qui perdure dans les hôpitaux publics est une des préoccupations majeures du gouvernement. «Le ministère de la Santé connaît depuis quelques temps, notamment au sein des hôpitaux une certaine paralysie lié à des éléments exprimés​ par les Syndicats. Le professeur Léon Nzouba, avec qui je me suis entretenu ce matin m’a indiqué avoir ouvert les négociations avec les syndicats, et que ceux-ci revendiquaient essentiellement la prime d’incitation à la performance (PIP)» a t-il souligné.

Il a indiqué que «dans l’état actuel, ça va être difficile de payer la PIP aux agents, mais on reconnaît que cette PIP est due aux agents et donc les syndicats vont devoir examiner la situation et regarder la réponse à donner. Ce n’est pas un refus, il y a aujourd’hui des tensions qui sont connus et chacun le sait et donc maintenir une grève alors qu’il y a la volonté de l’Etat et du gouvernement à apaiser les tensions cela ne paraît pas tout à fait convenable et les syndicats vont devoir se prononcer», a-t-il souligné.

En revanche il a relevé qu’un certain nombre d’agents «agissant de manière incontrôlée et violents veulent maintenir le mouvement alors même qu’ils ne sont pas des syndicats régulièrement constitués», avertissant que pour ces cas le gouvernement fera le nécessaire pour que «la loi s’applique et que la sérénité revienne».

Laissez votre avis