Grève à la magistrature / Landry Abaga : «Sur toute l’étendue du territoire aucune audience ne se tient»

En grève depuis le mercredi 17 mai dernier le Syndicat national des magistrats du Gabon (Synamag) ne semble pas prêt de baisser les bras. Ce mouvement paralyse notamment l’ensemble des cours et tribunaux du pays. Une paralysie confirmée lors d’un entretien à l’hebdomadaire Moutouki, par le vice-président de cette structure syndicale, Landry Abaga.

Le mouvement d’humeur des magistrats qui dure depuis bientôt 3 semaines a principalement pour conséquence l’arrêt des audiences au sein des Cours et tribunaux sur l’ensemble du pays. «Je vous confirme que sur toute l’étendue du territoire aucune audience ne se tient, faites le tour des juridictions, si vous avez des correspondant dans le pays faites le tour, vous verrez qu’aucune audience ne se tient», a confié Landry Abaga.  

Toutefois, il a tenu à préciser que malgré le mouvement de grève qui paralyse les juridictions, «cela ne met pas en péril la continuité du service public (…) ce qui a été décidé c’est de ne pas tenir les audiences publiques jusqu’à satisfaction de nos revendications», a-t-il indiqué.

Par ailleurs, interrogé sur le faits que ce soit principalement les magistrats de l’ordre administratif qui suivent assidûment le mouvement d’humeur, Landry Abaga a relevé que cette grève concerne  «toutes les juridictions et tous les magistrats». Il a souligné qu’au niveau du judiciaire le service minimum est observé. «Au niveau des juridictions administratives les magistrats sont simplement plus mobilisés que les autres. C’est une question d’organisation interne que nous allons bien évidemment évoquer en assemblée générale. Il n’y pas de friction dans notre mouvement» a-t-il précisé.

Laissez votre avis