Gratuité des accouchements: «mesure inique et discriminatoire», selon les femmes de l’UN

Paulette Missambo, entourée de Marie Agnès Kouma (à droite) et Flavienne Adiaheno (à gauche) © GMT

A l’occasion de la célébration de la journée de la femme, le Mouvement national des femmes de l’Union nationale (MNF-UN), amené par sa coordinatrice nationale, Marie-Agnès  Koumba, a tenu une conférence de presse, le mardi 24 avril, au siège du parti dans le 1er arrondissement de Libreville. Une occasion pour ces femmes politiques de l’opposition d’aborder, la question relative à la gratuité des accouchements.

Les femmes de l’Union nationale se sont réunies, au siège de leur parti à l’ancienne Sobraga, en présence de la vice-présidente, de cette formation politique, Paulette Missambo, afin de célébrer le 24 avril, en différé, la journée nationale de la Femme.

Pour cette journée exceptionnelle, la mobilisation a été au rendez-vous à l’Union nationale. Deux sujets ont constitué la trame des échanges, notamment la loi n°009/2016 du 5 septembre, fixant les quotas des femmes et des jeunes aux élections politiques et aux emplois supérieurs de l’Etat, ainsi que la mesure portant sur la gratuité des accouchements aux femmes gabonaises âgées de plus de 18 ans.

La gratuité des accouchements, annoncé par Ali Bongo le 31 décembre 2017, n’a pas manqué de susciter des critiques de la part de la première responsable du MNF-UN, qui a fustigé le caractère exclusif réservé à une catégorie de femmes. «Exclure les filles de moins de 18 ans est contreproductif, car il n’est pas rare de rencontrer des filles enceintes même dans les écoles primaires donc dès l’âge de 11/12 ans», a martelé Marie-Agnès Koumba au cours de son propos circonstanciel.

Avec ses quatre années d’existence, cet organe spécialisé de l’Union nationale, qui revendique plus de 1000 adhérentes sur le plan national, se prépare déjà pour les prochaines consultations électorales qui pointent à l’horizon. Un rappel, qui pour Marie-Agnès Koumba, ne devrait pas gâcher le caractère festif de cette journée.

Laissez votre commentaire

Laisser un commentaire