Graine Woleu-Ntem : les premières productions du manioc envahissent les marchés

Des tonnes de manioc et de banane pour le marché national et international © GMT

Lancé au départ avec 154 coopératives, le Programme graine dans le Woleu-Ntem compte aujourd’hui 463 coopérants regroupés autour de 35 coopératives actives. Après les opérations de planting débutées en 2016, les cultures ont déjà produit 552 tonnes de manioc sur 30 hectares et 39 tonnes de bananes sur 1.7 hectares en 2017. Des productions désormais vendues sur le marché national et exportées au Cameroun.

Au cours du voyage de presse organisé pour trois semaines dans le but de toucher du doigt l’impact de l’investissement d’Olam à travers le Gabon, notre la rédaction de Gabon Media Time a assisté à la première véritable vente des productions de manioc et de banane dans le Woleu-Ntem. Le 1er février 2018 dernier, les membres des coopératives Bia-Bia Mengang, Odock, Kelele et Elat vendaient plusieurs tonnes de manioc (roui et tubercule) et de banane aux commerçantes venues de Libreville, de Port-Gentil et même du Cameroun voisin, en présence du responsable provincial de Sotrader Serge Ndong Obame.

Pour avoir misé sur la qualité de leurs produits, les productions de manioc attirent et rassurent vendeuses grossistes et détaillants d’horizons diverses: «je suis venue du Cameroun acheter le manioc des femmes de Bitam. Ici le sachet coûte très moins cher et il est de très bonne qualité. En prenant un sachet de manioc à 3500 Fcfa et celui des tubercules à 5000 Fcfa, je sais ce que je gagne lorsque je le revends au Cameroun», a confié Hermine, une commerçante camerounaise.

En considérant le Woleu-Ntem comme une terre agricole, le responsable provincial de Sotrader, Serge Ndong Obame a fièrement clamé «la terre ne ment pas» soutenue par Ali Bongo lors du lancement du Programme graine. Pour lui, «les produits de Graine ont non seulement la particularité d’être de qualité contrairement à ceux par exemple venus du Cameroun critiqués pour leurs excès d’engrais mais en plus ils coûtent très moins cher. A côté du manioc, les prix des régimes de banane varient entre 2000 et 6000 Fcfa maximum. En regardant le travail de toutes ces différentes coopératives qui, depuis le début, ont toujours cru en ce projet, c’est une fierté pour la Sotrader de continuer à les accompagner à travers la commercialisation de leurs produits».


Très prisés sur les différents marchés nationaux, les productions de Graine dans le Woleu-Ntem attirent les différents clients jusque dans les plantations effectuer les achats et faire des commandes. Une cliente venue de la province de l’Ogooué Maritime précise :  «Je viens de Port-Gentil où, depuis plusieurs mois, les produits que j’achète ici s’écoulent dès mon arrivée. C’est une satisfaction de savoir que les gabonais peuvent désormais se nourrir de leurs propres produits. C’est d’ailleurs pour cela que je suis venue me ravitailler ici dans le Woleu-Ntem et faire des commandes pour mes prochaines livraisons».

Laissez votre commentaire

Laisser un commentaire