Gouvernement: la fin de parcours pour Biyoghe Mba, Moubelet Boubeya, Oyiba et Louembe !

© D.R

Ils étaient assurément les personnalités politiques dont la longévité au gouvernement était devenue une certitude. Mais cette fois-ci, la vague du 4 mai au soir aura eu raison de Paul Biyoghe Mba, Pacome Moubelet Boubeya, Jean Pierre Oyiba et de Mathias Otounga Ossibadjouo, qui ont été éjectés à la faveur de la composition du gouvernement Issoze Ngondet III.  

Considéré comme des membres influents du régime d’Ali Bongo, ces personnalités avaient presque traversé les âges et s’étaient érigées en véritables hommes liges du président. Sauf que comme le dit l’adage, «toute chose a une fin» et cette fin a été assez brusque pour les désormais anciens ministres de la Protection sociale, Paul Biyoghe Mba, des Travaux publics, Jean Pierre Oyiba et de la Forêt et de l’Environnement, Pacome Moubelet Boubeya.

Les autres personnalités, qui ont fait les frais du vent violent du Bord de mer sont Mathias Otounga Ossibadjouo et Blaise Louembe, qui occupaient respectivement les postes de ministre des Sports et des Relations avec les Institutions constitutionnelles chargé de la mise en oeuvre des Actes du Dialogue.

Contrairement à certains de leurs collègues, ils n’auront pas survécu à la vague de changement qui semble avoir souffler du coté du Palais Rénovation. Le départ définitif de ces figures de proue de l’establishment PDG est considérées d’ailleurs comme un événement hors du communs, tant les concernés avaient réussi à survoler les années en étant ministre, à la fois sous le règne d’Omar Bongo Ondimba et par la suite sous celui de son successeur Ali Bongo.

Mais cette mise à l’écart ne cache-t-elle pas une future stratégie bien pensée par le Chef de l’Etat Ali Bongo, en prélude aux élections législatives? En effet, on est sans ignoré que Paul Biyoghe Mba est une personnalité influente de l’Estuaire. On a encore en mémoire la démonstration de force de Jean-Pierre Oyiba dans le Haut Ogooué il y a quelques mois et du coté de l’Ogooué-Lolo, Blaise Louembe et Pacôme Moubelet Boubeya peuvent faire valoir leur chance pour remporter ce scrutin, sur leur siège respectif.

Toute chose qui laisse donc penser qu’Ali Bongo a bien compris les leçons de l’élection présidentielle du 27 août 2016, où les résultats étaient bien trop serrés. Ainsi, on pourrait déduire que ce dernier chargera à ces hommes très influents, de mener une campagne inédite sur le terrain. En les libérant de toute charge ministériel.

Par ailleurs, l’éviction de ces «cadors» du gouvernement peut également être perçue comme une volonté de renouveler la classe politique côté majorité. En les poussant vers la sortie, Ali Bongo ne voudrait-il pas voir émerger de nouveaux responsables politiques ? Les prochaines élections législatives seront déterminantes. Wait & See !

Laissez votre commentaire

Laisser un commentaire