Gouvernement Issoze Ngondet II : Ndoutoume Ngome, un ministre instrumentalisé ?

Jonathan Ndoutoume Ngome ministre délégué auprès du ministre d’Etat, ministre de la Famille, de la Protection sociale © D.R

Depuis sa nomination dans l’équipe gouvernementale Emmanuel Issoze Ngondet II, le ministre Délégué auprès du ministre d’Etat, ministre de la Famille, chargé de la Protection sociale et de la Solidarité nationale n’en finit de plus de faire l’objet de déclarations ou de marques de soutien de tout genre  médiatisées pour peu qu’il soit une personne à mobilité réduite (PMR) à l’origine.

Il serait peu de dire aujourd’hui que ce nouveau ministre Délégué membre du parti politique Démocratie Nouvelle (DN) est chaque jour brandi comme un trophée par une frange de la société civile, au bord de l’instrumentalisation ou des acteurs politiques en quête d’exclusivité. S’il est admis que c’est un fait nouveau qu’une  personnalité politique à mobilité réduite intègre le gouvernement, le revers de la médaille est qu’il devient finalement une marionnette des slogans politiques portés par les gouvernants, tels que « Paix-Développement-Partage » ou « programme de l’égalité des chances ».   

Le 26 août dernier, c’est la Communauté des personnes vivant avec un handicap au Gabon qui est sortie du bois pour exprimer sa satisfaction par la voix de son Porte-parole Regis Mihindou. En effet, pour lui,  c’est une nomination qui s’explique : « il a pris une part active au dialogue politique d’Angondjé, Il est enseignant chercheur et est connu pour être un fin connaisseur du vécu quotidien des personnes en situation de handicap et s’est toujours affiché en ardent défenseur de leur cause commune». C’est donc un honneur que « le chef de l’Etat vient de nous accorder pour la première fois, en nommant un membre de notre communauté, bien qu’appartenant à un parti politique, dans ce pan de l’exécutif».  En outre, le 28 août, il a procédé au lancement de l’opération d’acheminement du matériel orthopédique dans quatre (4) provinces. Une semaine donc après sa nomination, il aurait trouvé des moyens pour venir en aide aux personnes handicapées à travers le Gabon.

On peut imaginer le regard envieux du ministre en charge des Infrastructures, des Travaux Publics et de l’aménagement du territoire qui aurait sans doute lui aussi aussitôt relancé les travaux de l’axe PK12-Kango, en chantier depuis plusieurs années déjà. Comme si cela ne suffisait pas, Jonathan Ndoutoume Ngome, Enseignant-Chercheur à l’Université Omar Bongo dans la filière Géo-Sciences politiques a reçu un présent le 30 août dernier  de ses étudiants pour les promotions qu’il a sues encadrer dans cet établissement supérieur. Toutefois, certains observateurs, s’interrogent sur la présence de ces différents « soutiens » quand ce dernier soutenait farouchement le discours de l’opposition conduite par Jean Ping. N’avait-il pas le droit de recevoir des hommages pour être une personnalité politique pertinente à mobilité réduite ?

L’instrumentalisation aurait donc atteint son paroxysme ! Et qu’adviendra-t-il quand un albinos sera nommé ministre, ou un muet, voir un pygmée ? Peut-on espérer que la présence de cette personnalité politique au sein du Gouvernement va inciter les pouvoirs publics à construire des rampes dans tous les bâtiments publics et privés, étant donné qu’ils sont nombreux ces usagers à le déplorer ? Toutefois, les regards avertis savent que si cet Enseignant-Chercheur à mobilité réduite fait partie de l’équipe gouvernementale, c’est principalement parce qu’il a participé au dialogue politique convoqué par le président Ali Bongo. Il s’agit là de la concrétisation des accords tacites de cette rencontre politique, dont on annonçait déjà un moment de « partage du gâteau Gabon« . Et pourtant, tout ce qui intéresse  aujourd’hui les Gabonais, ce n’est pas la morphologie des ministres, mais bien le rendement par rapport aux besoins des populations.

Laissez votre avis