Gouvernement Issoze Ngondet II : Avis de «TsunAli» dans l’administration

Vue de Libreville, capitale du Gabon © D.R

Après la composition du nouveau gouvernement, des informations relayées par le site proche de la présidence de la République, africtelegraph.com font état d’un profond chamboulement au sein de l’administration publique gabonaise très prochainement. C’est un véritable  «TsunAli» qui est annoncé dans les couloirs du pouvoir.

Deux semaines après la nomination du gouvernement Issoze Ngondet II, issu du Dialogue Politique, des affectations aux allures de «TsunAli»; nom donné aux remaniements massif dans l’administration, par Ali Bongo Ondimba seraient en préparations. Il est annoncé des changements profonds au sein des Agences, des secrétariats généraux des ministères, directions générales et des chefs de services.

L’objectif affiché par les autorités serait de «mettre l’homme qu’il faut, à la place qu’il faut. Et sanctionner les ministères les moins efficaces.»; précisent nos confrères. Pour ce faire, le nouveau gouvernement va établir des fiches de poste, et compte faire des appels à candidature. Les postes stratégiques tels que, la direction générale du budget, ou du ministère de l’urbanisme et bien d’autres seront bientôt à pourvoir.

Cependant, l’on se souviendra que le dernier «TsunAli» était celui qui avait destructuré l’administration gabonais en mettant sur la touche de nombreux technocrates au profits des proches du président de la République. Cette pratique est certainement celle qui a précipité l’état de décrépitude sur le service public gabonais au delà de sa forte politisation.

Si l’Etat gabonais dispose de structures de formation telle de l’Ecole de préparation aux carrières administratives (EPCA) et l’Ecole nationale d’administration (ENA), les élèves qui y sortent doivent occuper une place de choix dans l’administration.

Laissez votre commentaire