Gouvernement Issoze Ngodet II : Que va-t-il changer au quotidien des Gabonais ?

Le nouveau gouvernement gabonais a été remanié par le décret n°252 du Président de la République, pris sur proposition du Premier Ministre et rendu public ce lundi 21 août 2017. Trente sept (37) membres le composent et déjà des interrogations et des frustrations sur la nouvelle équipe gouvernementale.

On prend les mêmes et on recommence. Les gouvernements changent, les problèmes demeurent les mêmes. Les Gabonais s’exaspèrent chaque jour. L’agacement est presque devenu leur quotidien. Longtemps attendu après le dialogue politique initié par Ali Bongo et les siens, après l’élection présidentielle d’août 2017, qui est toujours contestée par Jean Ping, c’est le 21 août que la nouvelle équipe gouvernementale voit le jour, que déjà, les interrogations, des mécontentements et des frustrations se donnent rendez vous.

Que va-t-il changer au quotidien des Gabonais ?

Les gouvernements changent, les problèmes restent les mêmes. Le quotidien des Gabonais est égal à lui même. La situation dans les secteurs de l’Éducation, de la Santé, de la Justice et bien d’autres demeurent. Les licenciements sont d’actualité. Les salaires impayés sont légions. Le panier de la ménagère souffre de la cherté des produits de première nécessité. Le malaise est réel. La crise socio politique est une réalité. La paralysie règne dans la quasi-totalité des secteurs d’activités du pays. 37 membres au sein du gouvernement remanié. Mais, l’on s’interroge davantage sur la place du partage tant prôné par les gouvernements précédents dits de l’émergence.

En 2015 déjà, le discours était focalisé sur le partage. Il était dit que le Gabon, comme on le sait, est un pays qui regorge de ressources naturelles. Chaque Gabonais a le droit d’en bénéficier et que personne n’est au dessus de l’autre. Ainsi parle t-on du partage, suivi de l’égalité de chances. Une vaine expression aux couleurs flatteuses sans doute.

L’égalité de chances pour qui ?

Quelle égalité de chances pour les autres ? C’est la question qui taraude les esprits des uns et des autres, surtout des Gabonais lambda. L’égalité de chances, diront certains, c’est pour les noms connus. C’est de père en fils qu’ils sont au gouvernement. C’est au nom du père et du fils qu’on occupe tel ou tel autre fauteuil ministériel. C’est au nom de l’oncle et de la nièce que je suis là. Bénis soient donc le père, la mère et l’oncle. Ce sont les mêmes familles ou presque qui sont aux commandes. Elles prônent pour leurs TVA, entendez, “taxes des ventres affamés”.


L’égalité de chances c’est  eux, sauf les autres. L’égalité de chance, c’est tout pour eux et les miettes pour les autres. L’égalité de chance est loin d’être une réalité. Vive l’utopie et les mots pompeusement séducteurs. Triste réalité que mêmes eux-mêmes sont frustrés. Ils attendaient mieux, mais hélas. Ils se plaignent honteusement en silence. Sans doute regrettent-ils le soutien par eux apporté à ceux qui, en ce moment, sabrent du champagne en douceur. Si l’égalité de chances est une réalité pour ceux qui ’’au nom du père, du fils et de la mère”, jouissent se succèdent au sommet de l’Etat, elle n’est sans doute qu’une utopie pour moi.

Matsombi

Laissez votre avis