GOC : le modèle managérial d’Arnauld Engandji

© Gabon Media Time

Depuis l’arrivée d’Arnauld Engandji à la tête de Gabon Oil Company (GOC), la société connaît une embellie remarquable. Cet ancien syndicaliste de l’Organisation nationale des employés du pétrole (ONEP), a su grâce à son management, remettre ce fleuron du secteur pétrolier gabonais à flot. En seulement deux ans, les actions du nouveau directeur général ne cessent de porter leurs fruits.

En 2015, la Société nationale des hydrocarbures croule sous une dette de plus de 68 milliards accumulée par l’ancien direction générale, Serges Toulekima. En prenant la tête de la GOC, Arnauld Engandji n’a d’autre choix que de prendre des mesures drastiques pour assurer la survie de la boîte.   

Il met en place un plan social aux termes duquel il conclut avec les employés des départs volontaires mais aussi des réductions de salaire avec des mesures d’accompagnement. Le salarié le plus ancien a été payé 96 millions de FCFA et le moins ancien 23 millions de FCFA. La réduction drastique des salaires a également touché la direction générale dont la masse salariale est passée de 1,068 milliards à 474 millions de FCFA. Alors que Serge Toulekima touchait plus de 20 millions de FCFA par mois et des avantages en nature, son successeurs ne perçoit que 5 millions de FCFA par mois et des avantages ne pouvant excéder 5 millions. le Directeur général adjoint quant à lui, ne toucherait au titre de salaire qu’un montant de 3,5 millions de FCFA et des avantages ne pouvant dépasser 4,5 millions.

La GOC dispose depuis quelques mois d’un siège sociale flambant neuf, avec reconnaissance digitale, ascenseur et parking sis à Kalikak dans le premier arrondissement de Libreville. Lequel a été acheté au nom de la société, auprès d’une société civile immobilière (SCI) à 1,5 milliard de FCFA après expertise d’Olomo Mezui, expert reconnu par la Cour d’appel de Libreville. A ce montant, il faudra ajouter 1 milliard de FCFA de travaux  pour qu’enfin la Société nationale des hydrocarbures du Gabon (SNHG) rompt le bail qui l’emmenait à payer un loyer pour plus de 750 millions par an de bureau et 400 millions de location logement.

Aujourd’hui, la GOC excelle dans la diversification de ses activités. C’est dans ce sens qu’il a été créé Gabon Oil Marketing (GOM) pour satisfaire son obligation de commercialisation et de stockage des produits finis pétroliers. « Le but pour nous est d’avoir une présence de l’Etat gabonais dans la distribution des produits raffinés de telle sorte que l’indépendance énergétique voulue par les plus hautes autorités, soit atteinte », avait fait savoir le directeur général, Arnauld Engandji à Gaboneco.

Spécialisée dans les activités en amont de l’industrie pétrolière, Gabon Oil Company, la Société nationale des hydrocarbures n’hésite pas à capter les services à valeur ajoutée pour poursuivre sa rentabilité amorcée il y a deux ans.

Laissez votre commentaire