Gérard Ella Nguema annonce encore la création d’un mouvement politique

Gerard Ella Nguema © GMT

Le samedi 22 décembre dernier, le Président du Front patriotique gabonais (FPG) Gérard Ella Nguema, a animé une conférence de presse à la chambre de commerce de Libreville. Au cours de cet échange avec les médias, le leader de ladite formation politique a annoncé la création du Rassemblement des nationalistes, futur mouvement de l’opposition gabonaise.   



Le leader du FPG a, lors de cette rencontre,  invité les Gabonais conscients de leurs responsabilités devant l’histoire et la nation,  à se réunir autour de cette nouvelle formation politique dont l’objectif principal sera axé sur la défense, la protection et la préservation de l’intérêt supérieur de la République gabonaise.

Pour l’ancien candidat à l’élection présidentielle d’août 2016, le Rassemblement des nationalistes se veut être une formation politique qui regroupera en son sein des militants et sympathisants ayant des valeurs irréprochables. « c’est un mouvement qui qui fait appel au dépassement de chacun et de tous, d’autant plus qu’il va regrouper en son sein, tous les Gabonais épris de paix, d’amour, de liberté et d’esprit patriotique » a-t-il déclaré.

Loin de cet esprit patriotique qui habite Gérard Ella Nguema, l’on serait tenté de s’interroger sur les réelles motivations du premier responsable du FPG qui n’est pas à sa première sortie du genre et qui depuis son départ de l’Union nationale vagabonde de mouvement en mouvement. Il faut noter d’ailleurs que cette sortie intervient au lendemain des Élections législatives et locales des 6 et 27 octobre derniers, curieusement c’est toujours au terme de ces événements électoraux qu’il se lance dans la création de mouvement politique.

Au cours des dernières joutes électorales, le candidat au premier siège du 2eme arrondissement de Libreville a lamentablement échoué avec 8,69 des suffrages. Pour faire oublier cette débâcle semble-t-il, il se lance une fois de plus dans la création d’un nouveau mouvement politique comme il l’avait fait après la présidentielle de 2016 avec la plate forme intitulée « La troisième voix ».             

Laissez votre commentaire