Gabon:le procès de Zibi de nouveau reporté au 19 juin

Bertand Zibi Abeghe © D.R.

Alors que les populations gabonaises avaient effectué le déplacement au palais de justice de Libreville afin de connaître le dénouement final dans l’affaire opposant Bertrand Zibi contre le ministère public, le procès a simplement été renvoyé au 19 juin 2019. Si le dernier report était dû à la non-notification à la partie plaignante, cette fois-ci c’est plutôt une demande d’annulation de l’instruction qui a contraint le tribunal à décaler le procès.



Accusé par le ministère public de plusieurs chefs d’accusation, l’ancien député Bertand Zibi Abeghe était appelé à la barre ce 22 mai pour comparaître. Après une petite suspension qui n’a pas duré plus de 10 minutes, les deux camps étaient prêts à défendre leurs positions. Moment choisi par l’un des conseils du mis en cause pour soulever un chapelet d’exceptions en rapport avec la procédure d’instruction réalisée le 13 septembre 2017.

Durant son exposé, Me Jean Paul Moumbembé a invité le tribunal à revisiter la procédure d’instruction. A son sens, cette dernière souffre de plusieurs irrégularités au nombre desquelles l’absence des avocats lors des dépositions et le caractère expéditif de la procédure. Pour sa part, l’avocat du plaignant s’est évertué à démontrer tout le contraire de son collègue. S’en est suivi un échange entre les parties alors même que le procès dans son fond n’avait pas débuté. Au moment de prendre la parole , le représentant du ministère public a tout simplement demandé que ne soit pas prise en compte la requête de la défense car la procédure est légale.

C’est donc constatant la teneur de l’atmosphère peu propice au déroulement d’un procès de cette envergure que le tribunal a décidé de suspendre et de le renvoyer. Cette décision a causé l’ire des parents et des personnes venues pour connaître la tournure finale de cette affaire.

Pour sa part, Maître Jean Paul Moumbembé s’est montré confiant et déterminé à sortir son client de la prison centrale.  « La maison d’arrêt n’est pas le lieu d’habitation de Bertrand Zibi Abeghe. Il a le moral et il finira par sortir. Il s’est agi pour nous de démontrer que l’instruction a été viciée sur la forme et cela est susceptible de nullité. Nous la demandons et immédiatement notre client sortira », a-t-il conclu

Laissez votre commentaire