Gabon: Yama objet d’une plainte pour abus de confiance aggravé selon le ministère de l’intérieur

Jean Remy Yama et Lambert-Noël Matha © Montage GMT

Alors que l’opinion liait la convocation du président de la confédération syndicale Dynamique unitaire (DU) Jean Rémy yama  à sa déclaration du mercredi 27 mars 2019 à la chambre de commerce de Libreville, le ministère de l’intérieur a tenu à faire la lumière sur cette question. Ainsi, l’administration dirigée par Lambert-Noël Matha a dans un communiqué rendu public ce 28 mars 2019 indiqué que le leader syndical  fait l’objet d’une plainte pour abus de confiance aggravé au préjudice sur un compatriote.



Ce jeudi 28 mars, les travailleurs gabonais se sont retrouvés en grand nombre massés devant les locaux de la Police judiciaire sis au Komo où Jean Rémy Yama était auditionné. Ce dernier a été convoqué au sortir de la déclaration de presse de la confédération syndicale dont il est le président. En absence de motif clairement signifié sur la convocation l’opinion a vite fait de déduire que celle-ci était liée à la demande de vacance de pouvoir exprimée lors de cette réunion publique.

Réagissant aux informations dont Gabon Media Time s’était fait l’écho, le ministère de l’intérieur a révélé que Jean Rémy Yama est un justiciable et c’est dans ce cadre qu’il a été convoqué. « Suite à l’alerte relayée par certains sites d’information sur la toile selon laquelle Jean Rémy yama serait convoqué à la Police après ses déclarations du jeudi 27 mars à la chambre de commerce, le Ministère de l’intérieur tient à préciser qu’il s’agit d’une plainte pour abus de confiance aggravé au préjudice d’un compatriote », a-t-il indiqué.

Une position pour le moins étrange, lorsqu’on sait que cette administration s’illustre très souvent par la convocation de citoyen sans que le document ne précise l’objet ni le motif. On se souvient d’ailleurs que l’an dernier le 6ème vice président du Sénat Christophe Owono Nguema a reçu une convocation alors qu’il animait une conférence de presse à la chambre de commerce de Libreville.

Selon certaines indiscrétions le plaignant ne serait autre que Thierry Ekogho, collègue de Jean Rémy Yama au département de sciences physiques de l’Université de sciences et techniques de Masuku. Il aurait dans le cadre d’une constitution de capital pour la création d’une SCI dénommée Serpentin, fait un virement bancaire de 40 millions en 2013. Ce dernier s’étant rétracté 5 ans après réclame un remboursement. Qu’à cela ne tienne, Jean Rémy Yama a regagné les siens. Il est convoqué à nouveau pour le lundi 1er Avril 2019 dans les mêmes locaux.

Laissez votre commentaire